Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 534,52
    -52,03 (-0,69 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 827,24
    -42,88 (-0,88 %)
     
  • Dow Jones

    40 287,53
    -377,49 (-0,93 %)
     
  • EUR/USD

    1,0886
    -0,0014 (-0,13 %)
     
  • Gold future

    2 402,80
    -53,60 (-2,18 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 264,52
    +6,52 (+0,01 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 377,88
    +46,98 (+3,53 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,25
    -2,57 (-3,10 %)
     
  • DAX

    18 171,93
    -182,83 (-1,00 %)
     
  • FTSE 100

    8 155,72
    -49,17 (-0,60 %)
     
  • Nasdaq

    17 726,94
    -144,28 (-0,81 %)
     
  • S&P 500

    5 505,00
    -39,59 (-0,71 %)
     
  • Nikkei 225

    40 063,79
    -62,56 (-0,16 %)
     
  • HANG SENG

    17 417,68
    -360,73 (-2,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,2915
    -0,0032 (-0,25 %)
     

Concurrence: Bruxelles continue d'étudier l'investissement de Microsoft dans OpenAI

La commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager, le 23 mai 2024 à Bruxelles (Kenzo TRIBOUILLARD)
La commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager, le 23 mai 2024 à Bruxelles (Kenzo TRIBOUILLARD)

L'UE continue d'examiner l'impact du partenariat entre Microsoft et OpenAI, le développeur de ChatGPT, sur la concurrence dans le marché en pleine expansion de l'intelligence artificielle (IA), malgré l'arrêt d'une première procédure, a expliqué vendredi la Commission européenne.

Le gendarme européen de la Concurrence avait annoncé en janvier qu'il allait vérifier si l'investissement de 13 milliards de dollars du géant américain de la tech dans le pionnier de l'IA générative pouvait faire l'objet d'un examen au titre du règlement de l'UE sur les concentrations.

Il a finalement annoncé vendredi qu'il ne pouvait pas établir de contrôle de Microsoft sur OpenAI.

PUBLICITÉ

"La question clé était de savoir si Microsoft avait acquis un contrôle durable sur OpenAI. Après un examen approfondi... Nous avons conclu que, en l'état, ce n'était pas le cas", a déclaré la commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager.

"Nous fermons donc ce chapitre. Mais l'histoire n'est pas terminée", a-t-elle expliqué, lors d'un discours à Bruxelles.

L'UE a réclamé de nouvelles informations à Microsoft sur l'accord entre les deux entreprises "pour comprendre si certaines clauses d'exclusivité pourraient avoir un effet négatif sur la concurrence", a précisé Mme Vestager.

Les régulateurs américains et britanniques examinent également ce partenariat, dans le contexte d'une inquiétude grandissante sur la domination du marché crucial de l'IA par une poignée de géants du numérique.

Mme Vestager a indiqué que l'UE avait aussi réclamé des informations sur l'accord de Google avec Samsung pour préinstaller une version de son système d'IA, Gemini, sur certains appareils fabriqués par le géant sud-coréen.

Bruxelles voudrait par ailleurs examiner l'impact des rachats d'entreprises menés dans le seul but de s'accaparer des compétences clés.

Microsoft a salué la conclusion de la première procédure de l'UE sur son partenariat avec OpenAI.

"Nous apprécions l'examen approfondi de la Commission européenne et sa conclusion selon laquelle l'investissement de Microsoft et son partenariat avec OpenAI ne confèrent pas à Microsoft le contrôle de l'entreprise", a déclaré un porte-parole du groupe.

"Nous sommes prêts à répondre à toutes les questions supplémentaires que la Commission européenne pourrait avoir", a-t-il ajouté.

raz/aro/LyS