La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 233,94
    +67,67 (+0,94 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 257,98
    +16,86 (+0,40 %)
     
  • Dow Jones

    33 926,01
    -127,93 (-0,38 %)
     
  • EUR/USD

    1,0798
    -0,0113 (-1,04 %)
     
  • Gold future

    1 865,90
    -50,40 (-2,63 %)
     
  • BTC-EUR

    21 574,35
    -268,03 (-1,23 %)
     
  • CMC Crypto 200

    535,42
    -1,43 (-0,27 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,23
    -2,65 (-3,49 %)
     
  • DAX

    15 476,43
    -32,76 (-0,21 %)
     
  • FTSE 100

    7 901,80
    +81,64 (+1,04 %)
     
  • Nasdaq

    12 006,96
    -193,86 (-1,59 %)
     
  • S&P 500

    4 136,48
    -43,28 (-1,04 %)
     
  • Nikkei 225

    27 509,46
    +107,41 (+0,39 %)
     
  • HANG SENG

    21 660,47
    -297,89 (-1,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,2056
    -0,0173 (-1,41 %)
     

Un collectif porte plainte contre des influenceurs qui ont recommandé des placements très risqués

Julien Eichinger/Adobe Stock

Des influenceurs bientôt dans le viseur de la justice ? Le collectif d'aide aux victimes d'influenceurs (AVI) a annoncé lundi 23 janvier avoir déposé plainte contre une centaine d'influenceurs, accusés d'avoir incité à réaliser des placement sur des marchés risqués et d'en tirer d'importants bénéfices. Selon France Info, qui a contacté leurs avocats, les qualifications juridiques de cette plainte relèvent de "l'escroquerie en bande organisée" et "abus de confiance".

La première plainte concerne la plateforme Animoon. Ce projet, inspiré de Pokémon, aurait réuni plus de 5.000 investisseurs avec une levée de fonds estimée à 6,3 millions de dollars. Malgré les promesses de gains des fondateurs et administrateurs, que certains influenceurs ont relayées, aucun investisseur français n'a récolté de dividendes, selon AVI.

La deuxième plainte met en cause Marc et Nadé Blata, un couple d'influenceurs issu de la téléréalité. Avec sept millions d'abonnés, ce couple basé à Dubaï bénéficie d'une notoriété très importante. Jouissant de ce pouvoir d'influence, ils auraient incité leurs abonnés à placer de l'argent sur des cours très risqués de devises et de produits dérivés. Avec toujours la même promesse de remporter de gros gains.

Une plaignante, contactée par France Info, a indiqué que Marc Blata "était convaincant et rassurant sur ce produit", décrivant également "le cadre et la façon dont opèrent en confiance" les deux accusés. Désormais, c'est à la justice de décider du sort de ces plaintes. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Venezuela : l'inflation ralentit, mais toujours à un niveau record
Raids machistes, harcèlements... Le sexisme à des niveaux alarmants en France selon un rapport
Facture d'électricité des TPE : un rabais de 100 euros par MWh accordé par TotalEnergies
Les taux d'intérêt "devront encore augmenter significativement à un rythme soutenu", selon Lagarde
Réforme des retraites : Le rachat de trimestres bientôt facilité ?