La bourse ferme dans 6 h 26 min

Le cofondateur de Wikipédia lance une alternative à Facebook pour lutter contre les fausses nouvelles

Thomas Chenel

Wikipedia Commons/ Lane Hartwell

Les réseaux sociaux comme Facebook ou Twitter sont régulièrement accusés de faciliter la propagation de fausses nouvelles. Pour contrer ces réseaux, qui tendent à mieux référencer les contenus générant beaucoup de clics et de commentaires, le cofondateur de l'encyclopédie en ligne Wikipédia Jimmy Wales a lancé une nouvelle plateforme. Baptisée WT Social, elle repose sur un tout autre modèle économique que le réseau social de Mark Zuckerberg, précise le journal Les Echos

"Nous ne vendrons jamais vos données", assure WT Social sur sa page d'accueil. Le réseau social doit fonctionner sans publicité ni exploitation des données personnelles des utilisateurs à des fins commerciales. Pour se financer, à l'image de Wikipédia, la plateforme mise sur les dons de ses membres. Son fondateur espère 50 millions à 500 millions d'utilisateurs, dont un sur 200 participeraient financièrement au projet, rapporte le quotidien économique. 

WT Social comprend comme Facebook un fil d'actualité, mais au sein duquel les contenus apparaissent simplement par ordre antéchronologique, du plus récent au plus ancien. Le démarrage de cette plateforme s'effectue a priori à très faibles coûts. Seuls deux développeurs, un administrateur de communauté et Jimmy Wales lui-même travaillent pour le moment sur le projet. Deux journalistes pourraient en plus être recrutés début 2020, pour animer les forums en réalisant des interviews suggérées par les internautes, indique Les Echos.

Une modération horizontale, par les internautes eux-mêmes

WT Social se distingue aussi du fonctionnement des autres réseaux sociaux dans la façon de modérer les contenus. Les utilisateurs pourront en effet directement intervenir pour modifier un contenu, comme sur Wikipédia. "Nous vous donnerons les moyens de choisir vous-même les contenus qui vous seront proposés…

>> LIRE LA SUITE SUR BUSINESS INSIDER

Lire aussi : Facebook lance 'Facebook Pay' pour unifier ses systèmes de paiement

Aussi sur Business Insider