Publicité
La bourse ferme dans 53 min
  • CAC 40

    7 653,00
    -53,89 (-0,70 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 928,32
    -22,66 (-0,46 %)
     
  • Dow Jones

    39 286,85
    -124,36 (-0,32 %)
     
  • EUR/USD

    1,0701
    -0,0036 (-0,33 %)
     
  • Gold future

    2 335,20
    -9,20 (-0,39 %)
     
  • Bitcoin EUR

    57 929,79
    +655,97 (+1,15 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 274,71
    +25,58 (+2,05 %)
     
  • Pétrole WTI

    81,41
    -0,22 (-0,27 %)
     
  • DAX

    18 149,31
    -176,27 (-0,96 %)
     
  • FTSE 100

    8 257,32
    -24,23 (-0,29 %)
     
  • Nasdaq

    17 644,36
    +147,54 (+0,84 %)
     
  • S&P 500

    5 461,73
    +13,86 (+0,25 %)
     
  • Nikkei 225

    39 173,15
    +368,50 (+0,95 %)
     
  • HANG SENG

    18 072,90
    +45,19 (+0,25 %)
     
  • GBP/USD

    1,2683
    -0,0005 (-0,04 %)
     

Civitas : Gérald Darmanin engage la dissolution de l’organisation catholique intégriste

Gérald Darmanin (ici le 12 juillet) engage la dissolution de Civitas.
Gérald Darmanin (ici le 12 juillet) engage la dissolution de Civitas.

POLITIQUE - Nouvelle dissolution à venir ? Gérald Darmanin annonce, dans un message publié sur le réseau social « X » (Twitter) ce lundi 7 août, demander à ses « services d’instruire la dissolution de Civitas », l’organisation catholique intégriste souvent au cœur de polémiques.

Le ministre de l’Intérieur réagit à des propos antisémites tenus par l’essayiste sulfureux Pierre Hillard lors d’un rassemblement organisé par le mouvement et dont un extrait circule abondamment sur les réseaux sociaux. « L’antisémitisme n’a pas sa place dans notre pays. Je condamne fermement ces propos ignominieux », ajoute le locataire de la Place Beauvau en annonçant également saisir « le Procureur de la République ».

Pierre Hillard, un auteur polémique, notamment adepte des théories du complot, a suggéré la déchéance de nationalité pour les juifs, sous les applaudissements, lors de l’université d’été du parti d’extrême droite qui s’est tenue du 29 au 31 juillet à Pontmain, en Mayenne.

PUBLICITÉ

« Évidemment, si on rétablit les lois de catholicité et que l’on fait le catholicisme traditionnel religion d’État, peut-être faudrait-il retrouver la situation d’avant 1789 », a-t-il lancé, en accusant les juifs d’avoir « ouvert les portes de l’immigration » depuis leur naturalisation en 1791. « Avant 1789, un Juif, un musulman, un bouddhiste ne pouvaient pas devenir Français. Pourquoi ? Parce que c’étaient des hérétiques », expliquait-il encore.

Des propos « inadmissibles, répréhensibles »

Des propos qui ont provoqué une vague d’indignation dans la sphère politique, souvent à gauche ou au sein du camp présidentiel, avant même les annonces de Gérald Darmanin. Jean-Luc Mélenchon avait par exemple interpellé le ministre de l’Intérieur en demandant à ce que l’antisémitisme soit « puni sans faiblesse. »

« En France en 2023, quelqu’un demande de revenir sur la nationalité et citoyenneté française des juifs décidées par la grande Révolution de 1789 ! », s’est-il insurgé sur « X », dans le sillage de nombreux élus de la Nupes.

En parallèle, la cheffe de file des députés insoumis saisit, elle aussi, le Procureur de la République. « Les Français de confession juive n’ont été dénaturalisés qu’une fois : sous le régime de VIchy, aux ordres des nazis. Ces propos constituent à notre sens une incitation à la haine raciale », écrit-elle dans un communiqué, « au nom du groupe » qu’elle préside, évoquant également des propos « inadmissibles, répréhensibles (...) qu’il convient de combattre fermement. »

Après l’annonce du ministre de l’Intérieur, fait inhabituel, Jean-Luc Mélenchon a donné un satisfecit au ministre : « Darmanin donne une réponse claire à l’interpellation des insoumis et de la Licra. L’antisémitisme va être puni. Civitas sera dissout et le procureur de la République est saisi des propos de Pierre Hillard », a-t-il écrit sur X, en republiant le message du ministre.

Actions controversées

L’institut Civitas, proche de l’extrême droite catholique, avait été reconnu en 2016 comme éligible au financement des partis politiques, et a soutenu la candidature d’Eric Zemmour à l’élection présidentielle de 2022.

Récemment, le mouvement a organisé plusieurs actions controversées. Plusieurs dizaines de manifestants proches de l’organisation catholique intégriste ont empêché la tenue d’un concert le 13 mai à l’église Saint-Cornély de Carnac. Le parquet de Lorient avait ouvert une enquête pour violence volontaire et entrave à la liberté d’expression.

En avril dernier, les associations Stop Homophobie et Mousse avaient aussi déposé plainte contre Civitas pour discrimination en raison de l’identité de genre, après l’annulation d’un concert du chanteur Bilal Hassani dans une église de l’est de la France. En février, Alain Escada, président de l’organisation, avait également appelé les sympathisants à se réunir à Saint-Brévin, en Loire-Atlantique, pour manifester contre le projet de centre d’accueil de demandeurs d’asile (Cada).

À voir également sur Le HuffPost :

La ministre Agresti-Roubache dans « Le JDD » : Clément Beaune cite Desproges pour prendre ses distances

Mort de Nahel : Darmanin érige le « suivi » des personnes à l’origine des émeutes en « priorité »