Publicité
La bourse ferme dans 4 h 13 min
  • CAC 40

    7 956,60
    +0,19 (+0,00 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 905,27
    -7,65 (-0,16 %)
     
  • Dow Jones

    38 989,83
    -97,57 (-0,25 %)
     
  • EUR/USD

    1,0850
    -0,0009 (-0,09 %)
     
  • Gold future

    2 132,30
    +6,00 (+0,28 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 870,23
    +1 912,70 (+3,19 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,23
    -0,51 (-0,65 %)
     
  • DAX

    17 699,41
    -16,76 (-0,09 %)
     
  • FTSE 100

    7 638,56
    -1,77 (-0,02 %)
     
  • Nasdaq

    16 207,51
    -67,39 (-0,41 %)
     
  • S&P 500

    5 130,95
    -6,13 (-0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    40 097,63
    -11,57 (-0,03 %)
     
  • HANG SENG

    16 162,64
    -433,33 (-2,61 %)
     
  • GBP/USD

    1,2679
    -0,0014 (-0,11 %)
     

«Charlatans» de Doctolib : la plateforme appelle à donner un grand coup de balai

Michel Gile/Getty Images

Doctolib face à une «zone grise». Naturopathes, hypnothérapeutes, sophrologues… La plateforme française de réservation de rendez-vous médicaux part à la chasse aux «charlatans». Elle avait déjà décidé de bannir 5 700 professionnels du «bien-être», fin 2022, mais cette démarche représenterait une goutte d’eau dans l’océan, et Doctolib demande désormais l’aide des autorités, rapporte Le Parisien, mardi 30 janvier.

De nombreux praticiens proposent en effet toujours sur la plateforme des séances d’astropsychologie, de reiki ou encore d’ostéopathie quantique, parmi de nombreuses pratiques dites «non conventionnelles». «Ce sont des pratiques charlatanesques au sens du Code de santé publique», dénonce auprès de nos confrères Pascale Mathieu, présidente du Conseil national de l’Ordre des masseurs-kinésithérapeutes. «Très préoccupée, parfois scandalisée par les pratiques, mais aussi les allégations de nombreux charlatans qui pullulent» sur le site, elle a écrit à Doctolib le 25 janvier pour tirer la sonnette d’alarme.

De son côté, l’entreprise se défend : «Aucun critère objectif ne permet aujourd’hui de les distinguer — notamment sur le plan légal —, et Doctolib ne peut pas, seule, faire le tri ni dire le droit.» La plateforme craint ainsi qu’un praticien porte plainte ou dépose une réclamation si elle décide de «censurer» certaines techniques. Ces praticiens sont inscrits en tant que psychologues, ostéopathes ou encore diététiciens, et disposent donc d’un numéro officiel de professionnel (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

«Millionnaire depuis des mois», elle croyait avoir reçu un spam de la loterie nationale
Loi Egalim : «intraitable sur le sujet», Bruno Le Maire annonce 500 contrôles dans la grande distribution
Grève du 1er février dans l'éducation : à quoi faut-il s'attendre dans les écoles ?
Gabriel Attal demande aux ministères d'expérimenter «la semaine en 4 jours» dans leurs administrations
Manifestations des agriculteurs : la Commission européenne tente d'apporter des solutions, des convois du sud de la France arrivent en région parisienne