Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    8 022,41
    -0,85 (-0,01 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 918,09
    -18,48 (-0,37 %)
     
  • Dow Jones

    37 986,40
    +211,02 (+0,56 %)
     
  • EUR/USD

    1,0661
    +0,0015 (+0,14 %)
     
  • Gold future

    2 406,70
    +8,70 (+0,36 %)
     
  • Bitcoin EUR

    59 731,77
    -818,07 (-1,35 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 371,97
    +59,34 (+4,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    83,24
    +0,51 (+0,62 %)
     
  • DAX

    17 737,36
    -100,04 (-0,56 %)
     
  • FTSE 100

    7 895,85
    +18,80 (+0,24 %)
     
  • Nasdaq

    15 282,01
    -319,49 (-2,05 %)
     
  • S&P 500

    4 967,23
    -43,89 (-0,88 %)
     
  • Nikkei 225

    37 068,35
    -1 011,35 (-2,66 %)
     
  • HANG SENG

    16 224,14
    -161,73 (-0,99 %)
     
  • GBP/USD

    1,2370
    -0,0068 (-0,55 %)
     

Changement de poste à la Commission européenne sur fond de conflit d’intérêt avec le Qatar

Mouvement à la Commission européenne sur fond de conflit d’intérêt. Le directeur général en charge des transports quitte son poste "à sa demande", a déclaré mercredi le porte-parole de la Commission, Eric Mamer.

Henrik Hololei fait l'objet d'une enquête interne après les révélations selon lesquelles il aurait accepté des vols gratuits du gouvernement qatari alors que son équipe négociait un accord dans le domaine de l'aviation avec Doha.

S’il quitte la direction générale des transports, Henrik Hololei poursuit son travail au sein de la Commission.

"A sa demande, le Collège a décidé de nommer Henrick Hololei, directeur général de la mobilité et des transports, au poste de conseiller hors classe à la DG (direction générale) Partenariat international à partir du 1er avril", précise Eric Mamer.

PUBLICITÉ

Cette décision est un soulagement pour l’institution qui, au début, a défendu la décision de son représentant d'accepter des vols gratuits de Qatar Airways. Toutes ses missions étaient autorisées et menées conformément aux règles applicables, explique la Commission.

Ces révélations font suite au scandale de corruption du Parlement européen, selon lequel le Qatar aurait versé d'importantes sommes d'argent pour corrompre des parlementaires.

Si la Commission européenne n'est pas impliquée dans ce scandale, les ONG réclament une enquête sur les liens entre Henrik Hololei et Doha. Elles dénoncent aussi la faiblesse des règles éthiques de l’institution.

Au Parlement européen ce changement de poste ne suffit pas pour certains élus.

"Il faut un contrôle indépendant et lorsque les règles sont enfreintes, il doit y avoir des sanctions, et pas seulement un remaniement où les gens changent de poste avec le même salaire", insiste l’eurodéputé écologiste Daniel Feund.

Dans le même temps, la médiatrice de l’UE demande à la Commission de fournir des détails sur les voyages effectués par des membres de son personnel depuis 2021 et payés en partie par des tiers.