La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 553,86
    +9,19 (+0,14 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 776,81
    +19,76 (+0,53 %)
     
  • Dow Jones

    33 761,05
    +424,38 (+1,27 %)
     
  • EUR/USD

    1,0257
    -0,0068 (-0,66 %)
     
  • Gold future

    1 818,90
    +11,70 (+0,65 %)
     
  • BTC-EUR

    23 953,44
    -290,60 (-1,20 %)
     
  • CMC Crypto 200

    574,64
    +3,36 (+0,59 %)
     
  • Pétrole WTI

    91,88
    -2,46 (-2,61 %)
     
  • DAX

    13 795,85
    +101,34 (+0,74 %)
     
  • FTSE 100

    7 500,89
    +34,98 (+0,47 %)
     
  • Nasdaq

    13 047,19
    +267,27 (+2,09 %)
     
  • S&P 500

    4 280,15
    +72,88 (+1,73 %)
     
  • Nikkei 225

    28 546,98
    +727,65 (+2,62 %)
     
  • HANG SENG

    20 175,62
    +93,19 (+0,46 %)
     
  • GBP/USD

    1,2139
    -0,0064 (-0,52 %)
     

CAC 40, Nasdaq… où vont les actions, après un premier semestre rouge vif ? Le conseil Bourse

Où va la Bourse ? Les investisseurs tournent le dos à un premier semestre noir (ou plutôt rouge vif) pour les marchés d’actions et d’obligations. Pour les investisseurs en actions et en obligations, c’est le pire premier semestre depuis… 1932 (90 ans !), une année où le produit intérieur brut (PIB) des Etats-Unis s’était contracté de 13%, en pleine Grande Dépression, souligne Luca Paolini, stratégiste en chef chez la société de gestion genevoise Pictet asset Management (voir graphique ci-dessous). Et à Wall Street, le S&P 500 (baromètre des actions américaines) se dirige vers son pire premier semestre depuis plus de 50 ans.

La Bourse a été notamment lestée par l’envolée de l’inflation, qui ronge le pouvoir d’achat des ménages et pèse sur la consommation et donc la croissance économique, et pousse à la hausse les taux d’intérêt à long terme (un phénomène particulièrement nocif pour les valeurs technologiques ou de croissance). Cette forte inflation, entretenue par la guerre en Ukraine (mais pas que…), a été bien pire que prévu et a provoqué un net durcissement des discours et de la politique monétaire des grandes banques centrales.

Les marchés sont, depuis début janvier, “dans un engrenage infernal”, avec un plongeon de 15 à 20% de la plupart des indices actions (CAC 40…) et obligations, note OFI Asset Management, qui souligne que pratiquement aucune classe d’actifs cotée n’a obtenu de performance positive cette année. “La principale logique sous-jacente de 2022 est la suivante (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Monoprix lance un nouveau service insolite et gratuit
L'armée israélienne peut voir à travers les murs avec cette nouvelle technologie
Orpea : la CGT attaque le groupe d'Ehpad au pénal
La Bourse plonge, le choc sur la consommation fait craindre une récession
Après Kinder, de la salmonelle dans l'usine de chocolat du géant mondial Barry Callebaut

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles