La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 073,35
    +190,02 (+3,23 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 533,17
    +96,88 (+2,82 %)
     
  • Dow Jones

    31 500,68
    +823,32 (+2,68 %)
     
  • EUR/USD

    1,0559
    +0,0034 (+0,33 %)
     
  • Gold future

    1 828,10
    -1,70 (-0,09 %)
     
  • BTC-EUR

    20 278,14
    +21,74 (+0,11 %)
     
  • CMC Crypto 200

    462,12
    +8,22 (+1,81 %)
     
  • Pétrole WTI

    107,06
    +2,79 (+2,68 %)
     
  • DAX

    13 118,13
    +205,54 (+1,59 %)
     
  • FTSE 100

    7 208,81
    +188,36 (+2,68 %)
     
  • Nasdaq

    11 607,62
    +375,43 (+3,34 %)
     
  • S&P 500

    3 911,74
    +116,01 (+3,06 %)
     
  • Nikkei 225

    26 491,97
    +320,72 (+1,23 %)
     
  • HANG SENG

    21 719,06
    +445,19 (+2,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,2270
    +0,0009 (+0,07 %)
     

CAC 40, LVMH, Apple, Amazon, Essilor, ether… : au programme de Momentum cette semaine

Après avoir accusé leur pire mois d'avril (traditionnellement le mois le plus porteur de l’année, en moyenne, pour les actions) en plus de 20 ans, les marchés d’actions sont restés turbulents ce mois-ci, donnant du crédit au célèbre adage “Sell in may and go away” (vendez vos actions en mai), tandis que les marchés d’obligations “n'ont pas réussi à jouer leur rôle de diversification”, constate Natixis Investment Managers, qui souligne que les investisseurs remettent en question la capacité des économies à faire face aux nombreux chocs.

Alors que la semaine avait débuté sous de bons auspices pour la Bourse, les propos de la Fed sur l’inflation et les taux ainsi que les mauvaises publications du secteur de la distribution aux Etats-Unis (sur fond d’érosion de la confiance, du pouvoir d’achat… et de la consommation des ménages) ont fini par doucher l’enthousiasme des investisseurs. Les résultats de Walmart et Target aux Etats-Unis “ont déçu les marchés, tant sur le comportement des consommateurs que sur l’évolution des marges”, note Edmond de Rothschild.

Alors que la consommation constitue le principal pilier des économies occidentales, “la crainte d’une récession a refait surface”, souligne l’établissement financier. D’autant que les indicateurs avancés, comme l’Empire Manufacturing et le Philadelphia Business Outlook, sont ressortis en deçà des prévisions et sur des niveaux absolus bas, suggérant ainsi “une faiblesse à venir de l’économie américaine”, indique Edmond de Rothschild. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Billets d’avion : le prix en nette hausse depuis le début de l’année
Tour Triangle à Paris : une information judiciaire ouverte à la suite de soupçons de favoritisme
Change : “le dollar est trop haut de 27% face à l’euro mais il devrait encore grimper”
CAC 40, Wall Street... quels sont les risques pour la Bourse ?
Croissance : les armes de la Chine pour tirer son épingle du jeu face aux autres grandes économies

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles