La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 762,34
    +85,47 (+1,51 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 318,20
    +39,16 (+1,19 %)
     
  • Dow Jones

    28 725,51
    -500,09 (-1,71 %)
     
  • EUR/USD

    0,9842
    +0,0022 (+0,23 %)
     
  • Gold future

    1 668,30
    -0,30 (-0,02 %)
     
  • BTC-EUR

    19 562,13
    -222,34 (-1,12 %)
     
  • CMC Crypto 200

    443,49
    +0,06 (+0,01 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,74
    -1,49 (-1,83 %)
     
  • DAX

    12 114,36
    +138,86 (+1,16 %)
     
  • FTSE 100

    6 893,81
    +12,22 (+0,18 %)
     
  • Nasdaq

    10 575,62
    -161,88 (-1,51 %)
     
  • S&P 500

    3 585,62
    -54,85 (-1,51 %)
     
  • Nikkei 225

    25 937,21
    -484,89 (-1,84 %)
     
  • HANG SENG

    17 222,83
    +56,93 (+0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,1120
    -0,0003 (-0,03 %)
     

CAC 40 : la Bourse de Paris en net repli après le discours offensif de la Fed

Net repli en vue pour la Bourse de Paris. Après le discours très offensif de Jerome Powell, le président de la Banque centrale américaine, le contrat à terme de l'indice vedette CAC 40 reculait de 1,50% une quarantaine de minutes avant l'ouverture de la séance. Vendredi, il avait perdu 1,68% à 6.274,26 points, concluant la semaine sur une perte de 3,41%, sa pire performance en deux mois. La cote parisienne avait déjà mal réagi au discours de M. Powell mais, après sa clôture, les marchés américains ont continué de s'enfoncer: au final vendredi, le Dow Jones a abandonné, 3,03% lâchant plus de 1.000 points, sa pire performance sur une séance depuis mi-mai. L'indice Nasdaq a perdu 3,94%, et l'indice élargi S&P 500, 3,37%.La Bourse de Paris est revenue à son niveau de fin juillet.

Cet été, les indices avaient regagné du terrain après leur pire premier semestre depuis 2008, dans l'espoir que les banquiers centraux amorcent un pivot dans leur politique monétaire, marquant la fin de la période de fort redressement des taux directeurs. Mais vendredi, dans le cadre du symposium de Jackson Hole (Wyoming), la grand-messe annuelle des banquiers centraux, le président de la Fed a confirmé les orientations de l'institution. La banque centrale américaine va "vigoureusement user de ses outils" pour juguler l'inflation. Cela va entraîner "une longue période de croissance plus faible", mais y renoncer serait, selon lui, encore plus dommageable pour l'économie. "Son message a été clair : l'inflation (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

L’euro souffre de la peur d’une pénurie d’énergie en Europe : le conseil Bourse
Google a encore payé un impôt riquiqui en France l'an dernier
“Une récession devient probable, afin de maîtriser l’inflation par les taux”
Inflation, dette, Chine, Russie… “le reset post-Covid-19 est une catastrophe”
Air France : les deux pilotes se battent en plein vol, ils sont suspendus