La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 073,35
    +190,02 (+3,23 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 533,17
    +96,88 (+2,82 %)
     
  • Dow Jones

    31 500,68
    +823,32 (+2,68 %)
     
  • EUR/USD

    1,0559
    +0,0034 (+0,33 %)
     
  • Gold future

    1 828,10
    -1,70 (-0,09 %)
     
  • BTC-EUR

    20 004,87
    -244,45 (-1,21 %)
     
  • CMC Crypto 200

    462,12
    +8,22 (+1,81 %)
     
  • Pétrole WTI

    107,06
    +2,79 (+2,68 %)
     
  • DAX

    13 118,13
    +205,54 (+1,59 %)
     
  • FTSE 100

    7 208,81
    +188,36 (+2,68 %)
     
  • Nasdaq

    11 607,62
    +375,43 (+3,34 %)
     
  • S&P 500

    3 911,74
    +116,01 (+3,06 %)
     
  • Nikkei 225

    26 491,97
    +320,72 (+1,23 %)
     
  • HANG SENG

    21 719,06
    +445,19 (+2,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,2274
    +0,0013 (+0,11 %)
     

Le budget alimentaire des Français pourrait bondir considérablement en 2022

Selon une étude publiée mardi, l'année 2022 sera marquée par une hausse des dépenses alimentaires annuelles de 224 euros par personne. (image d'illustration)
Selon une étude publiée mardi, l'année 2022 sera marquée par une hausse des dépenses alimentaires annuelles de 224 euros par personne. (image d'illustration)

« Le pire est à venir. » Dans un contexte de forte inflation, le coût de l'alimentation pourrait flamber en 2022 de plus de 200 euros par personne en France, avertit l'assureur crédit Allianz Trade dans une étude publiée mardi 24 mai. « Les prix des distributeurs alimentaires pourraient croître de 8,2 %, ce qui engendrerait une hausse des dépenses alimentaires annuelles de 224 euros par personne cette année, pour un total atteignant 2 963 euros », détaille Aurélien Duthoit, conseiller sectoriel chez Allianz Trade.

Par rapport au reste du Vieux Continent, les Français ne seraient pourtant pas les plus mal lotis : la hausse moyenne du budget alimentaire au sein de l'Union européenne s'afficherait ainsi à 243 euros, et les Allemands paieraient même 254 euros supplémentaires en 2022. Un différentiel qui s'explique entre autres par une « structure de marché très concentrée en France, qui donne une surface financière importante aux distributeurs et leur permet d'absorber une partie de la hausse des coûts d'achat », décrypte Aurélien Duthoit auprès de l'Agence France-Presse.

« Les synergies réalisées par les groupes au niveau de leurs centrales d'achat » permettent aussi de circonscrire l'impact de la hausse des coûts de production sur les prix de vente, ajoute-t-il. Les estimations de hausse du budget alimentaire en 2022 se basent sur l'hypothèse que les distributeurs répercutent sur leurs prix de vente 75 % de la hausse des prix qu'ils paient aux industriels du s [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles