La bourse ferme dans 4 h 21 min
  • CAC 40

    6 565,97
    +12,11 (+0,18 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 782,69
    +5,88 (+0,16 %)
     
  • Dow Jones

    33 761,05
    +424,35 (+1,27 %)
     
  • EUR/USD

    1,0203
    -0,0054 (-0,53 %)
     
  • Gold future

    1 793,30
    -22,20 (-1,22 %)
     
  • BTC-EUR

    23 817,23
    -526,31 (-2,16 %)
     
  • CMC Crypto 200

    576,14
    +4,86 (+0,85 %)
     
  • Pétrole WTI

    87,63
    -4,46 (-4,84 %)
     
  • DAX

    13 804,86
    +9,01 (+0,07 %)
     
  • FTSE 100

    7 493,30
    -7,59 (-0,10 %)
     
  • Nasdaq

    13 047,19
    +267,29 (+2,09 %)
     
  • S&P 500

    4 280,15
    +72,88 (+1,73 %)
     
  • Nikkei 225

    28 871,78
    +324,80 (+1,14 %)
     
  • HANG SENG

    20 040,86
    -134,76 (-0,67 %)
     
  • GBP/USD

    1,2085
    -0,0054 (-0,44 %)
     

Brune Poirson : la reconversion en or de l'ex-ministre dans le privé

L’information était passée largement inaperçue. En mars 2022, Brune Poirson a rejoint le club très sélect des administrateurs de la société européenne Getlink (ex-groupe Eurotunnel), concessionnaire (jusqu’en 2086) de l’infrastructure du Tunnel sous la Manche. Une activité autorisée par la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP), qui contrôle les reconversions des ex-ministres dans le privé. Mais à la condition que l’ancienne secrétaire d’Etat à la Transition écologique s’abstienne de toutes démarches auprès d’Elisabeth Borne - son ancienne ministre de tutelle - et plus généralement de l’administration publique, jusqu’au 6 juillet 2023, date du troisième “anniversaire” de sa démission du gouvernement Philippe II.

Une précaution purement théorique selon Getlink, qui précise auprès de Capital que le mandat d'administrateur “n’implique pas la réalisation de démarches auprès des pouvoirs publics”.

Pas vraiment chronophage, puisqu’il consiste à assister à une dizaine de réunions par an (9 en 2021), le nouveau job de Brune Poirson est plutôt bien payé. Ainsi, le barème des administrateurs de Getlink est composé d’une rémunération fixe de 20.400 euros par an, à laquelle s’ajoute une part variable de 2.000 euros par présence à chaque réunion du CA. Pour couronner le tout, l’ex-députée du Vaucluse va encaisser un chèque de 850 euros en participant à quelques (2 par an, en moyenne) réunions du comité éthique et RSE de Getlink.

La société qui a absorbé Eurotunnel n’est (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Les colonies de vacances confrontées à une pénurie d'animateurs
Plan de résilience : le gouvernement dévoile les critères d'éligibilité des entreprises
Sur le pouvoir d'achat, LR souhaite incarner une opposition "ni docile ni stérile"
Des dizaines de vols annulés à l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle
Affaire Pegasus : l'enquête en France a été confiée à un juge d'instruction

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles