La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 553,86
    +9,19 (+0,14 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 776,81
    +19,76 (+0,53 %)
     
  • Dow Jones

    33 761,05
    +424,38 (+1,27 %)
     
  • EUR/USD

    1,0257
    -0,0068 (-0,66 %)
     
  • Gold future

    1 818,90
    +11,70 (+0,65 %)
     
  • BTC-EUR

    23 887,06
    +235,38 (+1,00 %)
     
  • CMC Crypto 200

    574,64
    +3,36 (+0,59 %)
     
  • Pétrole WTI

    91,88
    -2,46 (-2,61 %)
     
  • DAX

    13 795,85
    +101,34 (+0,74 %)
     
  • FTSE 100

    7 500,89
    +34,98 (+0,47 %)
     
  • Nasdaq

    13 047,19
    +267,27 (+2,09 %)
     
  • S&P 500

    4 280,15
    +72,88 (+1,73 %)
     
  • Nikkei 225

    28 546,98
    +727,65 (+2,62 %)
     
  • HANG SENG

    20 175,62
    +93,19 (+0,46 %)
     
  • GBP/USD

    1,2139
    -0,0064 (-0,52 %)
     

Bras de fer sur le transfert des données : Meta va-t-il débrancher Facebook et Instagram du continent européen ?

La guerre est déclarée entre Meta, la société-mère de Facebook et Instagram, et la CNIL irlandaise. Selon Politico le jeudi 7 juillet, la Commission irlandaise de protection des données (Irish Data Protection Commission, IDPC) a informé ses homologues européens qu'elle allait bloquer les transferts de données de Meta, qui a son siège en Irlande, entre l’Europe et les États-Unis. Les CNIL européennes doivent désormais donner leurs avis dans les quatre prochaines semaines. En retour, Meta avait menacé, au début de l'année, de rendre inaccessibles en Europe ses deux réseaux sociaux clés, Facebook et Instagram, si la procédure était menée à son terme.

Avec cette décision, la CNIL irlandaise indique donc qu'elle est bel et bien prête à engager le bras de fer avec le groupe fondé par Mark Zuckerberg. Meta aurait alors deux options : fermer ses plateformes et quitter le sol européen, ou réorganiser ses réseaux pour que l'ensemble des données reste en Europe, souligne Le Figaro le vendredi 8 juillet.

À l'origine, un arrêt de la Cour de justice de l'Union européenne en 2020 avait remis en cause le fait que des données d'utilisateurs européens arrivent sur le sol américain. Les juges communautaires avaient décidé d'annuler un accord-cadre entre l'UE et les États-Unis sur le transfert de données, appelé "Privacy Shield". Ce texte permettait un tel transfert, ce qui pouvait conduire à ce que les autorités américaines aient accès à de telles informations, ce qui reviendrait in fine à un potentiel (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Une statue de Boris Johnson placée devant le Pôle emploi britannique
6,7 milliards d'euros : "Choose France" fait le plein d'investissements étrangers
Révélation de liens privilégiés entre Macron et Uber, indignation à gauche
Netflix compte 10 millions d'abonnés français, la nouvelle méthode de Bruno Le Maire pour réduire les dépenses publiques… Le flash éco du jour
Leur passeport ne sera pas prêt à temps, les retraités doivent tirer un trait sur leur voyage

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles