Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    8 167,50
    -20,99 (-0,26 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 064,14
    -8,31 (-0,16 %)
     
  • Dow Jones

    40 003,59
    +134,21 (+0,34 %)
     
  • EUR/USD

    1,0872
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • Gold future

    2 419,80
    +34,30 (+1,44 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 392,94
    +994,29 (+1,65 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 369,64
    -4,20 (-0,31 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,00
    +0,77 (+0,97 %)
     
  • DAX

    18 704,42
    -34,39 (-0,18 %)
     
  • FTSE 100

    8 420,26
    -18,39 (-0,22 %)
     
  • Nasdaq

    16 685,97
    -12,35 (-0,07 %)
     
  • S&P 500

    5 303,27
    +6,17 (+0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    38 787,38
    -132,88 (-0,34 %)
     
  • HANG SENG

    19 553,61
    +177,08 (+0,91 %)
     
  • GBP/USD

    1,2706
    +0,0035 (+0,28 %)
     

La Bourse de Paris progresse de 0,25%, les résultats d'entreprises plutôt bien reçus

La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris (ERIC PIERMONT)
La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris (ERIC PIERMONT)

La Bourse de Paris progresse de 0,25% dans les premiers échanges vendredi, les résultats des entreprises étant plutôt bien reçus par les investisseurs, au contraire de la veille, et avant un rapport sur l'inflation aux Etats-Unis.

L'indice vedette CAC 40 avançait de 20,39 points à 8.037,04 points vers 09H30. Jeudi, il avait reculé de 0,93%.

Sur la semaine, il progresse pour l'heure de 0,19%. Son sommet en séance, 8.253,59 points, remonte au 2 avril.

Si la séance de jeudi avait été marquée par des résultats mal accueillis, à Paris (Hermès, Dassault Systèmes) mais aussi aux Etats-Unis (Meta), vendredi commence comme une petite revanche: plusieurs grands noms de la cote parisienne ont réussi leur examen de passage trimestriel, de même que Microsoft et Alphabet aux Etats-Unis.

PUBLICITÉ

Les investisseurs peuvent espérer que la macroéconomie va leur réserver le même sort: jeudi, ils avaient été brusqués par la croissance américaine au premier trimestre plus faible qu'attendu, alors que les données sur les prix avaient été plus forts que les prévisions.

Mais vendredi, un nouvel indicateur américain sur les prix est attendu, le PCE. C'est le baromètre privilégié de la Banque centrale américaine (Fed) pour décider de sa politique monétaire. Elle se réunit mardi et mercredi prochain.

"Nous pensons toujours que la Fed pourrait baisser ses taux deux fois d'ici la fin de l'année, mais uniquement à partir de septembre. Et de nouvelles surprises à la hausse sur l'inflation ou le marché de l'emploi remettraient rapidement en cause toute baisse de taux cette année", écrivent les analystes de la Banque Postale AM.

Sur le marché obligataire, les taux d'intérêt de la France ont monté lors des deux dernières séances, pour s'établir autour de 3,10% vendredi.

Facteur de tension aggravant, les verdicts de printemps des agences de notation Moody's et Fitch sur la dette souveraine française sont attendus dans la soirée, alors que la détérioration récemment annoncée des finances publiques laisse prévoir au mieux des commentaires peu flatteurs.

Saint-Gobain bien bâti

Le groupe de matériaux de construction Saint-Gobain réalisait la meilleure performance du CAC 40 en début de séance (+4,35% à 73,44 euros). Il a réalisé un chiffre d'affaires de 11,35 milliards d'euros au 1er trimestre 2024, une baisse de 8,5% sur un an liée au recul de la construction neuve en Europe et à un effet de périmètre sur la structure du groupe.

L'aéronautique plie

Après leurs résultats, Airbus (-2,24% à 154,92 euros) et Safran (-1,25% à 204,90 euros), étaient en queue de peloton du CAC 40. Pour l'avionneur, "le démarrage poussif de l'année masque une visibilité inégalée", estiment les analystes d'Oddo. Mais pour eux, "La faiblesse de ce premier trimestre et les commentaires prudents sur la santé de la supply chain (chaîne d'approvisionnement, NDLR) vont certainement pénaliser le cours à court terme".

Nexity rebondit

Nexity va supprimer 502 postes pour faire face à la profonde crise de la construction, a annoncé jeudi le premier promoteur immobilier français.

"Nous avons poursuivi nos actions en termes de réduction de notre base de coûts d'exploitation", a souligné le directeur général délégué du groupe, Jean-Claude Bassien. Le cours rebondissait de 9,28% à 10,42 euros, mais l'action reste en baisse de près de 40% depuis le début de l'année.

Euronext CAC40

fs/asl/nth