La bourse ferme dans 3 h 23 min
  • CAC 40

    6 655,31
    -57,17 (-0,85 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 932,66
    -29,75 (-0,75 %)
     
  • Dow Jones

    34 347,03
    +152,93 (+0,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,0473
    +0,0069 (+0,66 %)
     
  • Gold future

    1 755,00
    +1,00 (+0,06 %)
     
  • BTC-EUR

    15 461,80
    -464,85 (-2,92 %)
     
  • CMC Crypto 200

    379,46
    -3,19 (-0,83 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,96
    -2,32 (-3,04 %)
     
  • DAX

    14 411,38
    -130,00 (-0,89 %)
     
  • FTSE 100

    7 455,11
    -31,56 (-0,42 %)
     
  • Nasdaq

    11 226,36
    -58,94 (-0,52 %)
     
  • S&P 500

    4 026,12
    -1,14 (-0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    28 162,83
    -120,20 (-0,42 %)
     
  • HANG SENG

    17 297,94
    -275,64 (-1,57 %)
     
  • GBP/USD

    1,2095
    +0,0004 (+0,04 %)
     

Bourse, taux d’intérêt, euro… “jusqu'où ira le krach ?”

Wikimedia

Il s’agit des trois principaux dangers qui menacent notre économie, notre épargne, mais aussi notre quotidien et notre avenir : 1. La très forte remontée des taux d’intérêt des obligations d’Etat et de nos crédits au sens large. 2. L’effondrement durable de la Bourse. 3. La chute de plus en plus vertigineuse de l’euro. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : le 27 septembre 2022, les taux d’intérêt des obligations d’Etat à dix ans ont atteint 3,95 % aux Etats-Unis, 4,75 % en Italie et 4,95 % en Grèce, des sommets depuis respectivement avril 2010, juin 2013 et décembre 2017.

En France, le taux d’intérêt de l’OAT 10 ans est passé de -0,4 % début 2021 à désormais 2,8 %, un plus haut depuis mai 2012. Encore plus grave, cette flambée de 3,2 points constitue le plus grave krach obligataire depuis 1986-1987. Outre-Rhin, le taux du Bund à 10 ans est certes un peu plus bas mais a tout de même atteint 2,23 %, un plafond depuis novembre 2011. Piètre consolation, la palme du krach obligataire a été “remportée” par le Royaume-Uni, avec un taux d’intérêt à dix ans qui est passé de 0,2 % début 2021 à 4,5 % le 27 septembre 2022, un sommet depuis octobre 2008.

Il faut dire que le plan de relance pharaonique et non-financé de la nouvelle première ministre britannique est passé par là et a fini de casser complètement la crédibilité déjà bien mince de cette dernière. Mais, que les Français ne se réjouissent pas trop vite, ils sont les prochains sur la liste, avec, bien entendu, leurs voisins italiens. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Balenciaga, La Redoute, Cora... le surprenant business des produits dérivés de la Nasa
Automobile : la pénurie de semi-conducteurs perdurera en 2023, estime le patron de Stellantis
Bourse : CAC 40, BNP Paribas, Crédit agricole, Tesla, Bouygues, Carrefour… au programme de Momentum cette semaine
Bourse : Pernod-Ricard, AB InBev (Stella Artois)... les géants du vin, de la bière et des spiritueux, un cocktail gagnant ?
TotalEnergies : le mouvement de grève reconduit à l'appel de la CGT