La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 073,35
    +190,02 (+3,23 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 533,17
    +96,88 (+2,82 %)
     
  • Dow Jones

    31 500,68
    +823,32 (+2,68 %)
     
  • EUR/USD

    1,0559
    +0,0034 (+0,33 %)
     
  • Gold future

    1 828,10
    -1,70 (-0,09 %)
     
  • BTC-EUR

    20 280,24
    +73,33 (+0,36 %)
     
  • CMC Crypto 200

    462,12
    +8,22 (+1,81 %)
     
  • Pétrole WTI

    107,06
    +2,79 (+2,68 %)
     
  • DAX

    13 118,13
    +205,54 (+1,59 %)
     
  • FTSE 100

    7 208,81
    +188,36 (+2,68 %)
     
  • Nasdaq

    11 607,62
    +375,43 (+3,34 %)
     
  • S&P 500

    3 911,74
    +116,01 (+3,06 %)
     
  • Nikkei 225

    26 491,97
    +320,72 (+1,23 %)
     
  • HANG SENG

    21 719,06
    +445,19 (+2,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,2270
    +0,0009 (+0,07 %)
     

Bourse : sur quels pays et secteurs miser ?

La Bourse a renoué avec les turbulences, ces derniers mois. Et les montagnes russes pourraient ne pas encore être derrière nous. Il faut dire que l'environnement de marché a clairement changé. La Fed, banque centrale des Etats-Unis, n’est plus là pour soutenir les marchés en cas de dégradation de l’économie, mais pour reprendre le contrôle de l’inflation, “plus persistante que prévu”, souligne Frédéric Rollin, conseiller en stratégie d’investissement chez Pictet asset Management, interrogé par Capital. Et ce, alors que la politique ultra-accommodante de la Fed des dernières années a été un des principaux carburants à l’imposant rally de Wall Street et des marchés d’actions mondiaux. Maintenant, les investisseurs en actions “travaillent sans filet”, avertit l’expert.

L’envolée de l’inflation réduit le pouvoir d’achat des ménages. D’où une perte de confiance du consommateur et un impact à la clé sur la consommation et la croissance, dont elle est un des principaux piliers. En Bourse, on se retrouve avec un environnement de marché “médiocre”, avec une croissance (chinoise et donc mondiale) “malmenée par la politique zéro-Covid de Pékin basée sur des confinements, et le risque géopolitique en Europe avec l’aléa de l’offre d’énergie venant de la Russie”, dans le contexte de guerre en Ukraine, fait valoir Frédéric Rollin.

Alors que la croissance est progressivement révisée en baisse, les profits des sociétés cotées à Wall Street et dans le monde devraient être révisés en baisse, cette (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Engie profite de la flambée des prix de l'énergie et revoit ses prévisions à la hausse
L’euro au bord du gouffre face au dollar : le conseil Bourse
Ryanair réduit sa perte annuelle et se veut optimiste pour cet été
Japon : le yen au plus bas depuis 20 ans, quel impact sur la croissance ?
Bourse, bitcoin, euro… “le krach est justifié par la dégradation de l'économie et la guerre en Ukraine"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles