La bourse ferme dans 7 h 12 min
  • CAC 40

    6 342,88
    +44,24 (+0,70 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 677,10
    +29,54 (+0,81 %)
     
  • Dow Jones

    32 120,28
    +191,66 (+0,60 %)
     
  • EUR/USD

    1,0684
    -0,0001 (-0,01 %)
     
  • Gold future

    1 845,20
    -1,10 (-0,06 %)
     
  • BTC-EUR

    27 727,21
    -349,61 (-1,25 %)
     
  • CMC Crypto 200

    653,37
    -17,63 (-2,63 %)
     
  • Pétrole WTI

    111,16
    +0,83 (+0,75 %)
     
  • DAX

    14 092,62
    +84,69 (+0,60 %)
     
  • FTSE 100

    7 533,18
    +10,43 (+0,14 %)
     
  • Nasdaq

    11 434,74
    +170,29 (+1,51 %)
     
  • S&P 500

    3 978,73
    +37,25 (+0,95 %)
     
  • Nikkei 225

    26 604,84
    -72,96 (-0,27 %)
     
  • HANG SENG

    20 095,54
    -75,73 (-0,38 %)
     
  • GBP/USD

    1,2566
    -0,0012 (-0,10 %)
     

« Boue miracle » : comment de vulgaires sachets de terre sont devenus un business douteux sur les réseaux sociaux

·1 min de lecture

En 2021, les groupes Facebook vantant les bienfaits d’une « poudre miracle » se sont multipliés. L’entreprise canadienne Black Oxygen Organics derrière ce produit faisait miroiter aux internautes des bienfaits médicaux miraculeux et la perspective de gains rapides à ceux qui rejoindraient son réseau de vente. Problème, ce produit soi-disant révolutionnaire était littéralement constitué… de terre.

Avec l’arrivée des frimas de l’hiver, il nous arrive de feuilleter d’antiques grimoires à la recherche de remèdes de grand-mère. Nous avons tous et toutes nos astuces pseudo-thérapeutiques, chacune correspondant à un petit tracas bien précis. Mais imaginons un instant un remède miracle qui guérirait de tout, de la peau sèche à la maladie d’Alzheimer, en passant par les piqûres d’insectes, la constipation et autres maux digestifs.

Impossible ? Black Oxygen Organics, BOO pour les intimes, s’est employée à faire croire le contraire. De mai à novembre 2021, cette énigmatique entreprise canadienne a vendu des millions de sachets de « poudre miracle » en ligne. Mais en échange d’une centaine de dollars contre ce produit supposé révolutionnaire, les consommateurs et consommatrices se sont retrouvés avec… de la terre. Ni plus ni moins.

C’est une histoire pour le moins rocambolesque sur laquelle NBC News a enquêté en décembre dernier. Comment tous ces internautes ont-ils été aussi facilement et massivement dupés, au point de commander une poignée de terre qu’ils auraient pu ramasser eux-mêmes n’importe où, pour l’appliquer sur la peau, se baigner dedans ou même l’ingérer ?

[Lire la suite]

Abonnez-vous aux newsletters Numerama pour recevoir l’essentiel de l’actualité https://www.numerama.com/newsletter/

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles