La bourse ferme dans 8 h 11 min
  • CAC 40

    6 686,68
    +48,22 (+0,73 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 195,74
    +37,23 (+0,90 %)
     
  • Dow Jones

    34 798,00
    +33,20 (+0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,1714
    -0,0004 (-0,04 %)
     
  • Gold future

    1 757,20
    +5,50 (+0,31 %)
     
  • BTC-EUR

    37 379,18
    +1 237,22 (+3,42 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 093,39
    -9,67 (-0,88 %)
     
  • Pétrole WTI

    74,78
    +0,80 (+1,08 %)
     
  • DAX

    15 697,47
    +165,72 (+1,07 %)
     
  • FTSE 100

    7 118,27
    +66,79 (+0,95 %)
     
  • Nasdaq

    15 047,70
    -4,50 (-0,03 %)
     
  • S&P 500

    4 455,48
    +6,50 (+0,15 %)
     
  • Nikkei 225

    30 240,06
    -8,75 (-0,03 %)
     
  • HANG SENG

    24 214,85
    +22,69 (+0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3687
    +0,0007 (+0,05 %)
     

Bordeaux: deux agents d'un centre de vaccination bientôt jugées pour trafic de faux certificats

·1 min de lecture
Des patients attendent au centre de vaccination de Saint-Maur-des-Fossés, le 31 mai 2021. - BERTRAND GUAY / AFP
Des patients attendent au centre de vaccination de Saint-Maur-des-Fossés, le 31 mai 2021. - BERTRAND GUAY / AFP

Deux vacataires au centre de vaccination de Bordeaux ont été interpellées et renvoyées devant le tribunal correctionnel ce jeudi pour avoir été à l'origine d'un trafic de faux certificats de vaccination, selon des informations de BFMTV, confirmant celles de Sud-Ouest.

Les deux jeunes femmes, âgées de 18 et 20 ans, ont été repérées par l'une de leurs collègues, qui a aussitôt prévenu sa direction à la fin du mois de juillet. Selon les premiers éléments de l'enquête, la plus âgée a produit au moins neuf faux certificats de vaccination anti Covid-19, les facturant entre 150 et 300 euros chacun. La plus jeune est soupçonnée d'en avoir généré deux mais ne se serait, elle, pas enrichi.

Jusqu'à sept ans de prison

Les deux jeunes femmes rencontraient ensuite les acheteurs sur le parking d'un supermarché, mais aussi aux abords de la gare Saint-Jean, là où elles procédaient à l'échange. En plus de l'argent, les acheteurs devaient fournir leur carte vitale, avec leur numéro de sécurité sociale. Ils sont tous poursuivis pour "usage de faux".

Les deux jeunes femmes ont, elles, été mises en examen pour "faux dans un document administratif par une personne chargée d’une mission de service public", et "corruption passive". Jugées devant le tribunal correctionnel de Bordeaux le 14 janvier prochain, elles encourent jusqu'à 7 ans de prison et 45.000 euros d'amende. D'ici là, elles se sont vu interdire d'exercer une activité en lien avec la vaccination.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles