Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 934,17
    +6,74 (+0,09 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 894,86
    +17,09 (+0,35 %)
     
  • Dow Jones

    39 087,38
    +90,99 (+0,23 %)
     
  • EUR/USD

    1,0839
    +0,0032 (+0,29 %)
     
  • Gold future

    2 091,60
    +36,90 (+1,80 %)
     
  • Bitcoin EUR

    56 954,25
    -106,82 (-0,19 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,81
    +1,55 (+1,98 %)
     
  • DAX

    17 735,07
    +56,88 (+0,32 %)
     
  • FTSE 100

    7 682,50
    +52,48 (+0,69 %)
     
  • Nasdaq

    16 274,94
    +183,02 (+1,14 %)
     
  • S&P 500

    5 137,08
    +40,81 (+0,80 %)
     
  • Nikkei 225

    39 910,82
    +744,63 (+1,90 %)
     
  • HANG SENG

    16 589,44
    +78,00 (+0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,2655
    +0,0029 (+0,23 %)
     

BNP Paribas, Crédit agricole, Société générale... Les banques s'envolent en Bourse, stop ou encore ?

Crédit agricole, Unicredit, Banco Santander… Les actions des banques françaises et européennes ont inscrit récemment de nouveaux pics majeurs en Bourse. Les valeurs financières tricolores et européennes ont globalement surperformé le CAC 40 et le marché actions européen. En Bourse, le secteur bancaire européen a connu une meilleure trajectoire que l’indice Euro Stoxx 50 (principal indice actions de la zone euro) «pour la troisième année consécutive, en partant d’un niveau très bas, après 13 années de sous-performance consécutives», souligne Scander Bentchikou, associé-gérant en charge du secteur bancaire au sein de l'équipe actions chez Lazard Frères Gestion, interrogé par Capital.

Il faut dire que les actions des banques françaises et européennes reviennent de loin. À titre d’illustration, malgré la hausse récente, les banques européennes affichent depuis 2007 une contreperformance (dividendes réinvestis) de -73% (au 10 janvier 2024) contre une performance de +83% pour l’indice Euro Stoxx. «Un écart absolument considérable», note Scander Bentchikou, pour qui le redressement du secteur s’explique par la conjonction d’une excellente dynamique de résultats et de faibles multiples de valorisation (comme la capitalisation boursière rapportée aux profits annuels estimés, NDLR) en Bourse.

Les résultats des banques ont été portés par «1) l’impact positif de la hausse, rapide et marquée, des taux sur le net d’intérêt (l’écart entre les intérêts perçus par une banque et ce que lui coûte (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

En pleine crise, Atos nomme un nouveau directeur général
CAC 40 : la Bourse soutenue par les espoirs de baisse des taux directeurs de la Fed et la BCE
Croulant sous les dettes, Atos demande de l’aide pour négocier avec ses créanciers
JO de Paris 2024 : les marques de luxe misent gros
CAC 40, taux d’intérêt, euro… «Allons-nous subir 3 nouveaux krachs en 2024 ?»