Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    8 094,97
    -7,36 (-0,09 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 035,41
    -2,19 (-0,04 %)
     
  • Dow Jones

    39 069,59
    +4,33 (+0,01 %)
     
  • EUR/USD

    1,0850
    +0,0032 (+0,29 %)
     
  • Gold future

    2 335,20
    -2,00 (-0,09 %)
     
  • Bitcoin EUR

    63 138,10
    +551,70 (+0,88 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 438,74
    -29,36 (-2,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    77,80
    +0,93 (+1,21 %)
     
  • DAX

    18 693,37
    +2,05 (+0,01 %)
     
  • FTSE 100

    8 317,59
    -21,64 (-0,26 %)
     
  • Nasdaq

    16 920,79
    +184,76 (+1,10 %)
     
  • S&P 500

    5 304,72
    +36,88 (+0,70 %)
     
  • Nikkei 225

    38 646,11
    -457,11 (-1,17 %)
     
  • HANG SENG

    18 608,94
    -259,77 (-1,38 %)
     
  • GBP/USD

    1,2739
    +0,0041 (+0,32 %)
     

Les avantages et les inconvénients des rachats d’actions, sur lesquels Macron tire à boulets rouges

Chesnot/Getty Images

Joe Biden a eu la dent dure ces derniers temps à l’encontre des sociétés cotées rachetant leurs propres actions, un phénomène excessif et nocif pour la croissance et l’innovation, selon le président américain, qui s’était dit le mois dernier partisan d’une taxation accrue de cette pratique controversée de nombreuses entreprises. C’est au tour d'Emmanuel Macron de lui emboîter le pas, aujourd’hui. A l’occasion d'une interview sur TF1 et France 2 ce mercredi 22 mars, le président de la République a en effet épinglé nos multinationales du CAC 40, trop nombreuses à mettre à contribution leurs superprofits pour orchestrer des rachats d’actions, c’est-à-dire l’achat en Bourse de ses propres actions par une société cotée. Du pur “cynisme”, pour Emmanuel Macron, qui envisage une contribution exceptionnelle pour que les salariés ayant permis de dégager les “superprofits” en question ne soient pas oubliés…

Du point de vue de l’entreprise rachetant ses propres actions, cette mesure est destinée, outre le versement de dividendes, à contenter ses actionnaires. En effet, racheter ses propres actions dope mécaniquement le cours de Bourse, du fait d’une demande de titres plus soutenue. Surtout, si la multinationale rachète une partie de ses propres actions en vue de leur annulation, cela augmente mécaniquement le bénéfice par action.

>> Découvrez Momentum, la lettre d’investissement et newsletter premium de Capital consacrée à la Bourse et à l’investissement. Achetez et vendez vos actions au meilleur (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Credit suisse : Lazard Frères Gestion, Allianz et GAM perdent gros sur les obligations
Le milliardaire Daniel Kretinsky s'impose chez Fnac Darty et monte à 25 % du capital
Ryanair lance une pétition pour se protéger contre les grèves françaises
Crédit agricole et Stellantis récupèrent des activités d’ALD et Leaseplan
Danone arrête les bouteilles d’eau Badoit rouges et vertes