La bourse est fermée

Retour de la vignette : le gouvernement dément

AFP / Illustration

Selon Le Parisien, le gouvernement songerait à remettre en vigueur une vignette automobile, pour financer l’entretien des routes. Le gouvernement dément.

Disparue des pare-brises depuis 2001, la vignette automobile pourrait faire son retour. Selon le journal Le Parisien, le gouvernement songerait à la remettre en vigueur afin de financer l’entretien des routes en France. Une information démentie dans l’après-midi par le gouvernement. Contacté par l’AFP, un porte-parole du ministère des Transports a écarté cette idée en précisant que le gouvernement présenterait sa « nouvelle politique de mobilité » en février.

Le Parisien affirmait que des experts, mandatés par Elisabeth Borne, la ministre des Transports, plancheraient actuellement sur cette possibilité. “Leurs conclusions seront rendues le mois prochain”, assure le quotidien. L’objectif serait de récupérer  entre 3 et 5 milliards d’euros par an.  Soit, selon les calculs du Parisien, une vignette d’un montant compris entre 75 et 125 euros pour chacun des près de 40 millions de véhicules en France.

“Tirer la sonnette d’alarme”

Selon l’un des membres de ce comité d’experts, Hervé Maurey, sénateur (UDI) de l’Eure, l’état du réseau routier français se dégrade. “Notre réseau routier est en danger. Il est temps de tirer la sonnette d’alarme avant qu’il ne soit trop tard. Les trains payent une redevance à SNCF Réseau pour l’usure des rails, mais les véhicules légers passent et repassent sur les routes sans rien verser.”

La France a dégringolé au classement mondial de l’état des routes, passant en quelques années de la première à la septième place. Le retour de la vignette n’est toutefois qu’une des pistes envisagées par les experts, qui réfléchissent aussi à une hausse de la taxe sur l’essence, ou encore à utiliser la géolocalisation pour facturer au kilomètre la circulation des véhicules.