La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 762,34
    +85,47 (+1,51 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 318,20
    +39,16 (+1,19 %)
     
  • Dow Jones

    29 108,42
    -117,19 (-0,40 %)
     
  • EUR/USD

    0,9785
    -0,0035 (-0,35 %)
     
  • Gold future

    1 675,20
    +6,60 (+0,40 %)
     
  • BTC-EUR

    20 132,88
    +383,31 (+1,94 %)
     
  • CMC Crypto 200

    449,81
    +6,38 (+1,44 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,27
    -0,96 (-1,18 %)
     
  • DAX

    12 114,36
    +138,81 (+1,16 %)
     
  • FTSE 100

    6 893,81
    +12,22 (+0,18 %)
     
  • Nasdaq

    10 771,80
    +34,30 (+0,32 %)
     
  • S&P 500

    3 639,17
    -1,30 (-0,04 %)
     
  • Nikkei 225

    25 937,21
    -484,84 (-1,83 %)
     
  • HANG SENG

    17 222,83
    +56,96 (+0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,1112
    -0,0011 (-0,10 %)
     

Après avoir baissé pendant deux ans, le nombre de faillites d’entreprises repart à la hausse

·1 min de lecture

Les défaillances d'entreprises en France ont augmenté de 34,6% sur un an au premier trimestre, selon une étude publiée lundi 11 avril par le cabinet spécialisé Altares. Avec près de 10.000 entreprises en défaut, le niveau des défaillances se rapproche de celui du 1er trimestre 2020, tout en restant en deçà des niveaux de 2018 et 2019. Grâce aux mesures de soutien aux entreprises durant la pandémie de Covid-19, le nombre de défaillances avait fortement reculé en 2020 et 2021. Mais depuis "novembre 2021, la hausse des ouvertures de procédures s'accélère chaque mois", constate Altares.

"Ce sont plutôt des jeunes entreprises qui font défaut et surtout des sociétés de type SARL et société à action simplifiée (SAS)", a détaillé à l'AFP le directeur des études du cabinet, Thierry Millon, ajoutant que le nombre de défaillances des sociétés ayant moins de trois ans d'existence a augmenté de 52%. Il explique qu'il s'agit d'entreprises qui n'ont pas trouvé leur marché alors que le nombre de créations d'entreprises a augmenté en 2020 et 2021, deux années durant lesquelles un peu moins de 50.000 entreprises qui auraient fait défaut en temps ordinaire ont été "épargnées" grâce aux mesures de soutien durant la période du "quoi qu'il en coûte".

Les cessations de paiement des petites PME d'un effectif compris entre 10 et 49 salariés, sont également en hausse de 56% sur un an, alors que "les PME d'au moins 50 salariés résistent davantage", précise Altares. Par secteurs, la dégradation est particulièrement (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Orange visé par une perquisition d'ampleur de l'Autorité de la concurrence
Coeur artificiel : levée de fond réussie pour Carmat
Meta se lance dans la vente d'objets virtuels dans le métavers
Casinos : Partouche se lance dans le métavers
Lufthansa : un milliardaire monte au capital de la compagnie aérienne et intrigue