La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 739,73
    -336,14 (-4,75 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 089,58
    -203,66 (-4,74 %)
     
  • Dow Jones

    34 899,34
    -905,04 (-2,53 %)
     
  • EUR/USD

    1,1320
    +0,0108 (+0,96 %)
     
  • Gold future

    1 785,50
    +1,20 (+0,07 %)
     
  • BTC-EUR

    47 859,01
    -4 710,81 (-8,96 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 365,60
    -89,82 (-6,17 %)
     
  • Pétrole WTI

    68,15
    -10,24 (-13,06 %)
     
  • DAX

    15 257,04
    -660,94 (-4,15 %)
     
  • FTSE 100

    7 044,03
    -266,34 (-3,64 %)
     
  • Nasdaq

    15 491,66
    -353,57 (-2,23 %)
     
  • S&P 500

    4 594,62
    -106,84 (-2,27 %)
     
  • Nikkei 225

    28 751,62
    -747,66 (-2,53 %)
     
  • HANG SENG

    24 080,52
    -659,64 (-2,67 %)
     
  • GBP/USD

    1,3338
    +0,0018 (+0,14 %)
     

Alençon touché par des violences urbaines, 13 véhicules incendiés

·1 min de lecture
Le quartier de Perseigne, où se sont produites ces violences, avait retrouvé son calme mercredi matin, mais les carcasses d'un véhicule utilitaire et d'une voiture brûlés fumaient encore vers 10 h 30.
Le quartier de Perseigne, où se sont produites ces violences, avait retrouvé son calme mercredi matin, mais les carcasses d'un véhicule utilitaire et d'une voiture brûlés fumaient encore vers 10 h 30.

Les policiers ont fait face à une série de violences urbaines, dans la nuit de mardi 26 à mercredi 27 octobre, dans un quartier d?Alençon (Orne). Au moins treize véhicules ont été incendiés à partir de la fin de soirée. « On évoque des tirs de mortiers (d'artifice, NDLR) sur des policiers et des destructions par incendie de véhicules », a confirmé le procureur de la République d'Alençon François Coudert, précisant qu'aucun policier n'avait été blessé. Une enquête de flagrance est ouverte pour « destruction par incendie et violences sur personnes dépositaires de l'autorité publique ».

Le quartier de Perseigne, où se sont produites ces violences, avait retrouvé son calme mercredi matin, mais les carcasses d'un véhicule utilitaire et d'une voiture brûlés fumaient encore vers 10 h 30. Selon une source policière, les « violences ont débuté vers 23 heures mardi, treize voitures ont été brûlées à la suite de l'interpellation dans la journée de deux personnes pour trafic de stupéfiants ». Mais le procureur ne « confirme pas qu'il puisse y avoir un lien entre cette interpellation et les faits ». « C'est trop simple de faire une interpellation et de dire après que c'est à cause de ça », a-t-il insisté. Les enquêteurs n'explorent « pas plus une piste qu'une autre », a ajouté le magistrat.

« Il y a une volonté de maintenir ce trafic »

Le parquet ne disposait pas de chiffre sur le nombre de personnes impliquées dans ces violences. « On me dit une trentaine », a avanc [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles