La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 762,34
    +85,47 (+1,51 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 318,20
    +39,16 (+1,19 %)
     
  • Dow Jones

    28 725,51
    -500,10 (-1,71 %)
     
  • EUR/USD

    0,9801
    -0,0018 (-0,19 %)
     
  • Gold future

    1 668,30
    -0,30 (-0,02 %)
     
  • BTC-EUR

    19 710,23
    -741,00 (-3,62 %)
     
  • CMC Crypto 200

    443,49
    +0,06 (+0,01 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,74
    -1,49 (-1,83 %)
     
  • DAX

    12 114,36
    +138,81 (+1,16 %)
     
  • FTSE 100

    6 893,81
    +12,22 (+0,18 %)
     
  • Nasdaq

    10 575,62
    -161,89 (-1,51 %)
     
  • S&P 500

    3 585,62
    -54,85 (-1,51 %)
     
  • Nikkei 225

    25 937,21
    -484,84 (-1,83 %)
     
  • HANG SENG

    17 222,83
    +56,96 (+0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,1166
    +0,0043 (+0,38 %)
     

5 millions de foyers français regarderaient Netflix sans payer

freestocks.org/Pexels

En plus des 10 millions d'abonnements qu'il compte en France, Netflix estime à 5 millions le nombre de foyers qui regardent ses programmes sans payer grâce au partage d'identifiants, a indiqué vendredi l'un de ses responsables dans l'Hexagone. C'est dans l'espoir de récupérer ces foyers qui ne payent pas que la plateforme de vidéos veut proposer une formule d'abonnement moins chère mais avec de la publicité, comme annoncé au niveau mondial en avril.

"On a 10 millions d'abonnés en France" et "on a 5 millions de foyers qui consomment Netflix mais qui ne payent pas" car ils "partagent leurs comptes", a expliqué Damien Bernet, directeur du développement de Netflix France lors du festival de la fiction de La Rochelle. "On a 5 millions de foyers qui regardent Netflix régulièrement et qui paient zéro, donc on se pose la question de savoir comment faire pour les attirer", a-t-il ajouté.

"L'arrivée de la pub ne va rien changer pour la vaste majorité des abonnés parce qu'ils vont rester sur leurs offres", a poursuivi M. Bernet, en rappelant que la plateforme proposait pour l'heure "trois offres payantes entre 8,99 et 17,99 euros". Dans un contexte d'inflation, "8,99 euros, ce n'est pas accessible pour tous", et l'offre avec publicité sera "une quatrième offre" afin de "chercher de nouveaux abonnés", a-t-il dit. "C'est une offre complémentaire dans laquelle il y aura de la publicité mais ce n'est pas une offre gratuite, on reste un acteur payant", a-t-il insisté.

>> Achetez et vendez vos (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Centrales nucléaires : les seuils de doses radioactives pourraient être relevés
Pourquoi TF1 renonce au rachat de M6
Sodexo : des enfants n'ont rien mangé à la cantine, faute de stocks suffisants
Les clients de la Banque Postale victime d'un bug de grande ampleur
Engie commence la construction de son projet hydrogène en Australie