La bourse est fermée
  • Dow Jones

    33 871,65
    +154,56 (+0,46 %)
     
  • Nasdaq

    11 518,43
    +124,62 (+1,09 %)
     
  • Nikkei 225

    27 327,11
    -106,29 (-0,39 %)
     
  • EUR/USD

    1,0866
    +0,0009 (+0,09 %)
     
  • HANG SENG

    21 842,33
    -227,40 (-1,03 %)
     
  • BTC-EUR

    21 328,53
    -131,99 (-0,62 %)
     
  • CMC Crypto 200

    526,09
    +7,29 (+1,41 %)
     
  • S&P 500

    4 049,43
    +31,66 (+0,79 %)
     

Non, les 12 000 licenciements chez Google ne sont pas la faute de ChatGPT

chatGPT
chatGPT

Google lance un plan social pour se séparer de 12 000 personnes, comme Amazon, Microsoft ou Meta avant lui. Mais, ce n’est pas ChatGPT qui en est la cause, même si cette « IA » est perçue comme une menace existentielle.

Elle est considérée comme l’une des entreprises les plus agréables pour les salariés. Mais, pour 12 000 d’entre eux, ce cadre privilégié va s’arrêter en 2023. Google va réduire sa masse salariale. C’est Sundar Pichai, le directeur général du moteur de recherche et d’Alphabet, sa maison mère, qui se charge de l’annoncer dans un message paru le 20 janvier 2023.

La décision de la firme de Mountain View affectera aux alentours de 6,4 % de la totalité de ses employés — en date du 30 septembre 2022, l’entreprise américaine comptait exactement 186 779 googlers. « Même si cette transition sera difficile, nous allons soutenir les employés dans la recherche de leur prochaine opportunité », promet le patron du groupe.

Ce n’est pas la faute de ChatGPT, même si cette IA inquiète Google

Alors que l’actualité récente a laissé une large place à l’émergence d’algorithmes d’intelligence artificielle de plus en plus doués — comme ChatGPT –, ce n’est pas du tout à cause de l’IA que Google se serre la ceinture. Cela, alors même que le New York Times signait, le 21 décembre,

[Lire la suite]