Publicité
La bourse ferme dans 6 h 58 min
  • CAC 40

    8 105,41
    +13,30 (+0,16 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 045,56
    +20,39 (+0,41 %)
     
  • Dow Jones

    39 671,04
    -201,95 (-0,51 %)
     
  • EUR/USD

    1,0846
    +0,0019 (+0,17 %)
     
  • Gold future

    2 358,40
    -34,50 (-1,44 %)
     
  • Bitcoin EUR

    64 215,46
    -296,87 (-0,46 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 520,10
    +17,44 (+1,16 %)
     
  • Pétrole WTI

    77,63
    +0,06 (+0,08 %)
     
  • DAX

    18 703,45
    +23,25 (+0,12 %)
     
  • FTSE 100

    8 345,72
    -24,61 (-0,29 %)
     
  • Nasdaq

    16 801,54
    -31,08 (-0,18 %)
     
  • S&P 500

    5 307,01
    -14,40 (-0,27 %)
     
  • Nikkei 225

    39 103,22
    +486,12 (+1,26 %)
     
  • HANG SENG

    18 868,71
    -326,89 (-1,70 %)
     
  • GBP/USD

    1,2735
    +0,0016 (+0,12 %)
     

«Élargir la cible de clientèle» : placé en redressement judiciaire, Call Me Jennyfer présente un plan de continuation

Mickael Denet/Wikimedia Commons

L'augmentation «soudaine des coûts, cumulée à une inflation galopante» a mis l’enseigne Don’t Call Me Jennyfer (anciennement Jennyfer) en difficulté en 2023. En juin dernier, la marque française de prêt-à-porter féminin, fondée par Gérard Depagniat et David Tordjman, avait été placée en redressement judiciaire par le tribunal de commerce de Bobigny. À cette époque, un plan de sauvegarde avait été annoncé. Sur les 1 112 personnes travaillant pour le groupe, 75 postes étaient supprimés, dont 60 au siège et 15 dans les entrepôts. En revanche, aucune fermeture des 220 magasins (ainsi que 80 à l’étranger) n’était prévue.

Près d’un an plus tard, l’enseigne de mode a annoncé qu’elle allait présenter un plan de sauvegarde, relaie l’AFP. Celui-ci prévoit un investissement de 15 millions d'euros et un «élargissement de la clientèle». Interrogé, le nouveau directeur général Yann Pasco indique : «On veut préserver l'ADN de Jennyfer qui a 15% de part de marché sur les 10-14 ans.» Il veut aussi «élargir la cible de clientèle» avec, notamment, un positionnement sur les 15-19 ans et les 20-24 ans.

Selon les informations de Fashion Network, cette injection de 15 millions d’euros «d'un fournisseur partenaire» émanerait d’un groupe franco-chinois, en l’occurrence le groupe Sinoproud. Ce dernier investirait via l’une de ses sociétés, nommée Shanghai Pure Fashion Garments Co Ltd, qui achèterait donc l'enseigne. Interrogé sur ce plan de continuation, Yann Pasco rappelle qu’«il n'y a pas eu de fermetures (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Vinted devient rentable pour la première fois
Atos : Daniel Kretinsky prêt à lancer une offre de reprise, un coup de maître en perspective ?
Soupçonné d'abus de biens sociaux : Arnaud Lagardère a été mis en examen
CAC 40 : la Bourse de Paris hésitante, avant une réunion de la Fed très attendue
Le vol commercial le plus long depuis la Chine reliera désormais ces deux grandes villes