Marchés français ouverture 7 h 17 min
  • Dow Jones

    33 596,34
    -350,76 (-1,03 %)
     
  • Nasdaq

    11 014,89
    -225,05 (-2,00 %)
     
  • Nikkei 225

    27 725,31
    -160,56 (-0,58 %)
     
  • EUR/USD

    1,0461
    -0,0008 (-0,07 %)
     
  • HANG SENG

    19 441,18
    -77,11 (-0,40 %)
     
  • BTC-EUR

    16 357,34
    -49,90 (-0,30 %)
     
  • CMC Crypto 200

    403,94
    +2,14 (+0,53 %)
     
  • S&P 500

    3 941,26
    -57,58 (-1,44 %)
     

À quoi sert le premier centre de réalité augmentée de Snapchat à Paris ?

Dirigé par Donatien Bozon, l’ancien responsable du YouTube Space à Paris, le Snap AR Studio est le premier de son genre. Son objectif est de former les futurs spécialistes de la réalité augmentée, sans but lucratif. Il collaborera notamment avec diverses institutions culturelles pour concevoir des démonstrations grandeur nature.

En plein milieu de Station F, l’incubateur de startups de Xavier Niel, les passants apercevront prochainement le fantôme jaune de Snap. À la fin du mois de novembre 2022, il y aura derrière ce logo le « Snap AR Studio », le premier centre dédié à la réalité augmentée au monde. Pourquoi Paris ? D’abord, parce que Evan Spiegel, le patron franco-américain de Snap, l’a promis à Emmanuel Macron lors d’un sommet en juin 2021. Aussi, car l’entreprise américaine veut faire de son centre une gigantesque expérimentation dédiée à la culture et à l’éducation, sans modèle économique pour l’instant. La ville lumière semble taillée pour cette mission, d’où ce premier essai en France.

Pour diriger ce studio d’un nouveau genre, Snap a choisi Donatien Bozon, l’ancien responsable du YouTube Space français (un espace qu’avait créé Google pour ses vidéastes). Numerama l’a rencontré le 4 novembre, afin d’en savoir plus sur le rôle de son centre de réalité augmentée.

« La réalité augmentée peut être un métier »

Snap est une des premières entreprises à avoir utilisé la réalité augmentée, même s’il est probable qu’une grande partie des utilisateurs du réseau social n’en soient pas conscients.

[Lire la suite]