La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 712,48
    +5,16 (+0,08 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 962,41
    +0,42 (+0,01 %)
     
  • Dow Jones

    34 347,03
    +152,97 (+0,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,0405
    -0,0008 (-0,07 %)
     
  • Gold future

    1 754,00
    +8,40 (+0,48 %)
     
  • BTC-EUR

    15 862,65
    -127,69 (-0,80 %)
     
  • CMC Crypto 200

    386,97
    +4,32 (+1,13 %)
     
  • Pétrole WTI

    76,28
    -1,66 (-2,13 %)
     
  • DAX

    14 541,38
    +1,82 (+0,01 %)
     
  • FTSE 100

    7 486,67
    +20,07 (+0,27 %)
     
  • Nasdaq

    11 226,36
    -58,96 (-0,52 %)
     
  • S&P 500

    4 026,12
    -1,14 (-0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    28 283,03
    -100,06 (-0,35 %)
     
  • HANG SENG

    17 573,58
    -87,32 (-0,49 %)
     
  • GBP/USD

    1,2091
    -0,0023 (-0,19 %)
     

Avec 120 euros d’allocations, il menait une vie de grand luxe

Pixabay

Vivre dans une telle opulence à seulement 20 ans, en touchant 120 euros d'allocations par mois, avait de quoi surprendre. Et pour cause, ce jeune homme était un escroc, nous raconter Actu.fr Île-de-France. Tout commence le 14 juin dernier. Un homme se rend au commissariat de Sartrouville dans les Yvelines, et explique qu'il a été contacté par un employé du service des cartes bancaires. Selon ce dernier, sa victime aurait été piratée aux États-Unis, et pour boucher les trous sur ses comptes, il est nécessaire de faire des virements. Il s'exécute sans flairer l'arnaque, mais s'en rend compte le lendemain. 50.000 euros partent en fumée.

En quelques heures, les policiers remontent la trace de l'argent, mais il a navigué sur différents comptes bancaires avant d'être retiré en liquide. C'est l'arnaque aux comptes de rebond. Dans ce genre de cas, comme le confirment nos confrères, il est très difficile de retrouver la trace de l'argent, ainsi que des escrocs, à cause du nombre de comptes engagés. Mais cette fois-ci, sur les deux premiers, des indices sont laissés. Les policiers mettent la main sur deux femmes qui racontent aux enquêteurs avoir accepté pour un homme, en échange de 100 euros, de faire des selfies et laissé une copie de leur carte d'identité.

Les policiers ne vont avoir aucun mal à remonter jusqu'à lui sur les réseaux sociaux. En menant une perquisition dans sa résidence étudiante de Clichy-la-Garenne (Hauts-de-Seine), ils vont tomber sur un véritable butin : des affaires (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Nîmes : la patinoire de Noël annulée pour cause de flambée des prix de l’énergie
L'Etat entérine la prolongation de l'aide "gaz et électricité" aux entreprises
Prix de l’énergie : les élus locaux réclament la mise en place d’un bouclier énergétique
Il ne peut pas faire ses courses, achète un jeu de grattage et devient millionnaire
Folle de rage, une automobiliste française refuse de payer son amende et mord le policier