La bourse ferme dans 1 h 32 min
  • CAC 40

    6 524,79
    -32,61 (-0,50 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 746,18
    -31,20 (-0,83 %)
     
  • Dow Jones

    33 750,12
    -248,92 (-0,73 %)
     
  • EUR/USD

    1,0060
    -0,0031 (-0,31 %)
     
  • Gold future

    1 765,30
    -5,90 (-0,33 %)
     
  • BTC-EUR

    21 321,28
    -2 206,74 (-9,38 %)
     
  • CMC Crypto 200

    508,25
    -33,35 (-6,16 %)
     
  • Pétrole WTI

    90,62
    +0,12 (+0,13 %)
     
  • DAX

    13 604,85
    -92,56 (-0,68 %)
     
  • FTSE 100

    7 566,83
    +24,98 (+0,33 %)
     
  • Nasdaq

    12 759,43
    -205,91 (-1,59 %)
     
  • S&P 500

    4 238,88
    -44,86 (-1,05 %)
     
  • Nikkei 225

    28 930,33
    -11,81 (-0,04 %)
     
  • HANG SENG

    19 773,03
    +9,12 (+0,05 %)
     
  • GBP/USD

    1,1829
    -0,0104 (-0,87 %)
     

“La zone euro est gravement menacée, quand reviendra “l’argent magique” de la BCE ?”

Sept années après son lancement, le quantitative easing (rachats massifs d’obligations d’Etat, en particulier, NDLR) touche à sa fin. Sept années d’une politique monétaire au titre et au contenu obscurs, mais dont l’impact a été considérable pour la cohésion européenne et pour la pensée économique. La mesure phare de cette politique concerne le rachat des obligations souveraines, un mécanisme simple d’apparence mais qui a permis à la BCE de financer les États, ce que pourtant les textes lui interdisent. A la lettre en effet, le mécanisme des rachats d’obligations ne contrevient pas aux statuts de la BCE puisqu’il repose sur un schéma indirect d’acquisition d’obligations librement revendues par ceux qui les avaient précédemment achetées aux États émetteurs.

C’est à partir de cette analyse formelle qu’un accord a été trouvé à l’origine par les Gouverneurs de la BCE pour financer les rachats d’obligations par la création monétaire, et résoudre le problème alors posé qui était celui de la désinflation menaçante. Et c’est en vain que les faucons des pays du Nord et notamment en Allemagne ont tenté de bloquer cette politique juridiquement inattaquable. Conjuguées avec une baisse drastique des taux d’intérêt, les mesures prises ont bénéficié à tous les États de la zone euro, et la convergence des conditions d’emprunt a notamment facilité la discussion d’accords plus récents concernant la mutualisation de nouveaux emprunts de l’Union Européenne.

Le plus étonnant est que cette politique (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

M6 s'installe au capital de Miliboo dans le cadre d'un partenariat publicitaire
CAC 40 : la guerre en Ukraine et le risque de récession inquiètent, la Bourse attend l'inflation au tournant
Orpea : l'ancien patron de la SNCF, proposé à la tête du conseil d'administration
CAC 40, LVMH, TotalEnergies, Bouygues, Stellantis (Peugeot), bitcoin… au programme de Momentum cette semaine
Deezer : "c'est le bon moment" pour entrer en bourse, selon son patron

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles