Publicité

Les vendeurs sur Vinted inquiets : «Le client est roi»

Les vendeurs sur Vinted inquiets : «Le client est roi»

Les vendeurs font la grimace. Ces dernières années, les plateformes de revente de vêtements et d’objets en tout genre ont le vent en poupe. Le marché de la seconde main se porte à merveille. Vinted est en effet en plein essor et compte de plus en plus d’utilisateurs. Seulement voilà : les escrocs ont flairé le bon filon et ne manquent pas d’investir ce type d’application pour monter leurs arnaques. La plus connue est celle du colis vide. Si des vendeurs mal intentionnés utilisent cette technique qui consiste à envoyer un paquet sans rien à l’intérieur, ils n’est pas rare que l’objet du litige se fasse à l’arrivée du colis, rapporte Presse citron, le 25 mars 2024.

En effet, certains acheteurs prétendent avoir reçu un paquet sans le vêtement qu’ils avaient acheté, et ce, afin d’obtenir un remboursement de la plateforme. La perte est double alors pour le vendeur. Il ne touche pas l’argent qu’il aurait dû recevoir et ne reverra jamais la couleur de son bien. Et c’est bien là que réside le problème : dans la grande majorité des cas, Vinted tranche le litige en faveur de l’acheteur. La plateforme fait sienne la maxime «le client est roi». En effet, dans sa politique de remboursement, il n’est jamais fait mention des vendeurs, indique Presse citron.

Pour que Vinted donne raison au vendeur, il faut que ce dernier prouve sa bonne foi et la mauvaise action de l’acheteur peu scrupuleux qui veut l’arnaquer pour garder le produit sans avoir à débourser un seul centime. C’est pourquoi le site (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Médecine esthétique : les injections illégales «low cost» explosent en France
Le déficit public dévisse à 5,5% au-delà des prévisions du gouvernement
Ticket de métro à 4 euros pendant les JO 2024 : Valérie Pécresse riposte
Fiche de paie : comment Bruno Le Maire veut booster votre salaire net
Le prêt à taux zéro bientôt étendu, les fonctionnaires vont tester la semaine de 4 jours… Le Flash éco du jour