La bourse ferme dans 2 h 11 min
  • CAC 40

    6 647,37
    -65,11 (-0,97 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 928,50
    -33,91 (-0,86 %)
     
  • Dow Jones

    34 347,03
    +152,93 (+0,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,0450
    +0,0046 (+0,44 %)
     
  • Gold future

    1 749,60
    -4,40 (-0,25 %)
     
  • BTC-EUR

    15 495,72
    -462,30 (-2,90 %)
     
  • CMC Crypto 200

    379,51
    -3,15 (-0,82 %)
     
  • Pétrole WTI

    74,29
    -1,99 (-2,61 %)
     
  • DAX

    14 389,75
    -151,63 (-1,04 %)
     
  • FTSE 100

    7 455,76
    -30,91 (-0,41 %)
     
  • Nasdaq

    11 226,36
    -58,94 (-0,52 %)
     
  • S&P 500

    4 026,12
    -1,14 (-0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    28 162,83
    -120,20 (-0,42 %)
     
  • HANG SENG

    17 297,94
    -275,64 (-1,57 %)
     
  • GBP/USD

    1,2054
    -0,0036 (-0,30 %)
     

Il vendait de faux arrêts maladie sur Snapchat

Fondation Ifrap

Un individu, résident de la commune de Montmagny, dans le Val-d'Oise, a été interpellé et condamné pour altération frauduleuse de la vérité dans un écrit et usage de faux en écriture, a appris BFMTV de source policière le 26 octobre. Ce dernier vendait de faux arrêts maladie sur le réseau social Snapchat. Cette interpellation est issue d'une collaboration entre les forces de police et les enquêteurs de la Caisse nationale d'assurance maladie (CNAM). Une liste des bénéficiaires de ces faux documents a été établie. Interrogés, ces derniers ont reconnu les faits.

Les enquêteurs, qui ont perquisitionné le domicile de l'escroc le 19 octobre dernier, ont retrouvé sur place la somme de 2.395 euros en liquide, 74 tickets-restaurant d'un montant de 703 euros et 192 chèques-cadeaux dont la valeur s'élève à 3.840 euros. De nombreux documents, normalement émis par le Centre d'enregistrement et de révision des formulaires administratifs (Cerfa), ainsi qu'un tampon encreur au nom d'un médecin d'Argenteuil, ont aussi été retrouvés.

Les sociétés de tickets-restaurant et de chèques-cadeaux ont indiqué que les documents retrouvés sont falsifiés. L'une d'entre elles a déposé plainte. Le médecin propriétaire du tampon a, lui aussi, déposé plainte. Au total, la valeur des documents retrouvés au domicile de l'individu s'élève à 12.510 euros. Le bénéfice qu'il aurait pu en tirer à la revente est quant à lui estimé par les enquêteurs à 37.530 euros.

Placé en garde à vue, le prévenu reconnaît avoir vendu (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Le leasing débarque dans l’immobilier, un projet de zones à faibles émissions mal ficelé... Le flash éco du jour
Faute de successeurs, ces médecins repoussent leur départ à la retraite
Dans ce restaurant rennais, un robot à tête de chat fait le service
Retraites : des parlementaires accusent l'Etat de vouloir "se servir dans les caisses" de l'Agirc-Arrco
Le gouvernement autorise les transporteurs de carburant à circuler pendant la Toussaint