Marchés français ouverture 6 h 46 min
  • Dow Jones

    34 077,63
    -123,04 (-0,36 %)
     
  • Nasdaq

    13 914,77
    -137,58 (-0,98 %)
     
  • Nikkei 225

    29 685,37
    0,00 (0,00 %)
     
  • EUR/USD

    1,2051
    +0,0010 (+0,08 %)
     
  • HANG SENG

    29 106,15
    +136,44 (+0,47 %)
     
  • BTC-EUR

    45 900,77
    -1 220,36 (-2,59 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 244,53
    -54,43 (-4,19 %)
     
  • S&P 500

    4 163,26
    -22,21 (-0,53 %)
     

"La vérité explosera": Sarkozy poursuit sa contre-offensive dans les médias après sa condamnation

Clarisse Martin
·1 min de lecture
Nicolas Sarkozy sur le plateau de TF1, le 3 mars 2021. - TF1
Nicolas Sarkozy sur le plateau de TF1, le 3 mars 2021. - TF1

Condamné lundi à trois ans d'emprisonnement dont un ferme pour "corruption" et "trafic d'influence" dans l'affaire dite des écoutes, Nicolas Sarkozy poursuit sa contre-offensive médiatique. Après une première interview accordée au Figaro, mise en ligne mardi soir, l'ancien chef de l'État était ce mercredi soir l'invité du 20 heures de TF1.

Nicolas Sarkozy, qui interjette appel du jugement, a répété le fait qu'il était prêt à aller jusqu'à la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) si d'aventure il devait épuiser les voies de recours nationales.

"Moi je dis la vérité", a asséné Nicolas Sarkozy. "C'est à l'accusation d'apporter la preuve de ma culpabilité, ce n'est pas à moi d'apporter la preuve de mon innocence", a-t-il balayé, dénonçant une "injustice".

"Une injustice profonde"

Selon lui, "la seule chose qui reste (de l'enquête, NDLR) c'est des bribes de conversations téléphoniques avec mon avocat (également condamné, NDLR), où on me prête l'intention de faire une démarche en échange de renseignements. (...) On me condamne pour ça, pour une intention?"

"Je ne demande qu'une chose: la vérité et le respect des règles de droit", a également fustigé Nicolas Sarkozy. "Je n'ai jamais parlé de justice politique et je n'en parlerai jamais", mais "il y a des règles et il n'y a aucune raison que ces règles soient bafouées pour la seule raison qu'il s'agisse de moi."

"Je n'ai jamais trahi la confiance des Français", a ajouté Nicolas Sarkozy. "Ce qui se passe aujourd'hui est une injustice profonde, je la dénoncerai et la vérité explosera", a-t-il également assuré, promettant d'aller "jusqu'au bout".

Article original publié sur BFMTV.com