La bourse ferme dans 2 h 27 min
  • CAC 40

    6 653,20
    -59,28 (-0,88 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 931,44
    -30,97 (-0,78 %)
     
  • Dow Jones

    34 347,03
    +152,93 (+0,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,0453
    +0,0048 (+0,46 %)
     
  • Gold future

    1 755,40
    +1,40 (+0,08 %)
     
  • BTC-EUR

    15 487,56
    -451,14 (-2,83 %)
     
  • CMC Crypto 200

    379,82
    -2,84 (-0,74 %)
     
  • Pétrole WTI

    74,49
    -1,79 (-2,35 %)
     
  • DAX

    14 402,83
    -138,55 (-0,95 %)
     
  • FTSE 100

    7 456,85
    -29,82 (-0,40 %)
     
  • Nasdaq

    11 226,36
    -58,94 (-0,52 %)
     
  • S&P 500

    4 026,12
    -1,14 (-0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    28 162,83
    -120,20 (-0,42 %)
     
  • HANG SENG

    17 297,94
    -275,64 (-1,57 %)
     
  • GBP/USD

    1,2057
    -0,0034 (-0,28 %)
     

Twitter : les salariés démissionnent en masse après l'ultimatum d'Elon Musk

tashatuvango/Adobe Stock

Les départs se multipliaient chez Twitter jeudi 17 novembre 2022, au lendemain d'un ultimatum d'Elon Musk, qui a demandé aux employés rescapés de la première vague de licenciements de choisir entre se donner "à fond, inconditionnellement", et partir. "Je suis peut-être exceptionnelle, mais (...) je ne suis pas inconditionnelle", a par exemple tweeté Andrea Horst, dont le profil LinkedIn affiche encore "Responsable de la chaîne d'approvisionnement (survivante) chez Twitter". Elle a ajouté le hashtag "#lovewhereyouworked", c'est-à-dire "Aime l'endroit où tu as travaillé", comme de nombreux autres salariés annonçant leur choix. D'après Zoë Schiffer, journaliste du média spécialisé Platformer, Twitter a prévenu jeudi après-midi tous les employés que les bureaux étaient temporairement fermés et inaccessibles, même avec un badge.

Mercredi, Elon Musk, propriétaire et patron de Twitter depuis trois semaines, a demandé individuellement aux employés du réseau social de s'engager à "travailler de longues heures à haute intensité", "pour bâtir un Twitter 2.0 révolutionnaire et réussir dans un monde de plus en plus concurrentiel". "Seule une performance exceptionnelle vaudra une note suffisante", a-t-il précisé dans ce courrier interne consulté par l'AFP.

Les salariés avaient jusqu'à jeudi après-midi pour cliquer sur la case "oui", sous peine de devoir quitter Twitter avec une indemnité correspondant à trois mois de salaire. Une méthode qui détonne même aux Etats-Unis, où le droit du travail (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

SNCF : voici les billets dont les prix vont augmenter en 2023
Les promesses ambitieuses du futur casque de réalité augmentée du créateur de Pokémon Go
CAC 40 : la Bourse ignore l'avertissement de la Fed sur les taux, l'immobilier aux Etats-Unis attendu au tournant
Ce patron va exaucer le rêve d'une de ses salariés en lui offrant une maison
Siemens "guette toujours la lumière au bout du tunnel", porté par la demande mais avec un bénéfice annuel en baisse