La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 703,22
    -80,67 (-1,39 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 636,44
    -48,84 (-1,33 %)
     
  • Dow Jones

    30 932,37
    -469,64 (-1,50 %)
     
  • EUR/USD

    1,2088
    -0,0099 (-0,81 %)
     
  • Gold future

    1 733,00
    -42,40 (-2,39 %)
     
  • BTC-EUR

    39 575,83
    +567,42 (+1,45 %)
     
  • CMC Crypto 200

    912,88
    -20,25 (-2,17 %)
     
  • Pétrole WTI

    61,66
    -1,87 (-2,94 %)
     
  • DAX

    13 786,29
    -93,04 (-0,67 %)
     
  • FTSE 100

    6 483,43
    -168,53 (-2,53 %)
     
  • Nasdaq

    13 192,35
    +72,92 (+0,56 %)
     
  • S&P 500

    3 811,15
    -18,19 (-0,48 %)
     
  • Nikkei 225

    28 966,01
    -1 202,26 (-3,99 %)
     
  • HANG SENG

    28 980,21
    -1 093,96 (-3,64 %)
     
  • GBP/USD

    1,3921
    -0,0091 (-0,65 %)
     

TikTok, dans le viseur des associations de consommateurs européennes

Source AFP
·1 min de lecture
L'application TikTok est, cette fois, dans le viseur des associations de consommateurs européennes.
L'application TikTok est, cette fois, dans le viseur des associations de consommateurs européennes.

Le réseau social chinois TikTok va faire l'objet d'une plainte, déposée par Bureau européen des unions de consommateurs (BEUC), avec d'autres associations de consommateurs du continent. Celles-ci lui reprochent d'exploiter les droits et les données des utilisateurs, souvent très jeunes. La Commission européenne sera saisie, afin que soit lancée une enquête sur les pratiques de cette application très populaire de partage de vidéos, indique mardi 16 février l'association française UFC-Que Choisir dans un communiqué.

Entre guerre commerciale opposant Pékin à Washington, et faits divers, la populaire application de vidéos légères est régulièrement pointée du doigt à travers le monde. TikTok avait restreint mi-janvier les paramètres de confidentialité de ses utilisateurs âgés de 13 à 15 ans quelques jours après que des observateurs ont accusé son algorithme de favoriser l'accès à des vidéos sexualisées mettant en scène des mineurs. Les autorités italiennes avaient quant à elles bloqué fin janvier l'accès du réseau aux utilisateurs dont l'âge n'est pas garanti, après la mort d'une fillette de 10 ans en Sicile qui participait au « jeu du foulard » sur le réseau social.

Des pratiques « détestables »

L'UFC-Que Choisir estime que le réseau social « ne réussit pas » à protéger les jeunes et cite des manquements dans la protection contre la publicité cachée et les contenus « potentiellement dangereux ». De plus, la plateforme accepte les inscriptions à partir de 13 ans [...] Lire la suite