Publicité
La bourse ferme dans 1 h 44 min
  • CAC 40

    8 092,26
    -49,20 (-0,60 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 029,81
    -17,18 (-0,34 %)
     
  • Dow Jones

    39 860,68
    -12,31 (-0,03 %)
     
  • EUR/USD

    1,0840
    -0,0019 (-0,17 %)
     
  • Gold future

    2 411,50
    -14,40 (-0,59 %)
     
  • Bitcoin EUR

    64 142,52
    -1 482,70 (-2,26 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 507,66
    -18,76 (-1,23 %)
     
  • Pétrole WTI

    77,57
    -1,09 (-1,39 %)
     
  • DAX

    18 685,07
    -41,69 (-0,22 %)
     
  • FTSE 100

    8 353,65
    -62,80 (-0,75 %)
     
  • Nasdaq

    16 838,42
    +5,80 (+0,03 %)
     
  • S&P 500

    5 320,46
    -0,95 (-0,02 %)
     
  • Nikkei 225

    38 617,10
    -329,83 (-0,85 %)
     
  • HANG SENG

    19 195,60
    -25,02 (-0,13 %)
     
  • GBP/USD

    1,2742
    +0,0030 (+0,24 %)
     

TikTok : l'application bientôt limitée à une heure par jour pour les mineurs

chathuporn/Adobe Stock

Le site chinois de vidéos ultra-courtes TikTok, critiqué pour son aspect "addictif" pour les jeunes, va mettre en place dans quelques semaines, par défaut, un avertissement au bout de 60 minutes d'utilisation pour tous ceux qui ont déclaré avoir moins de 18 ans. Le mineur devra saisir un mot de passe pour continuer à regarder le site, a annoncé TikTok dans un communiqué. S'ils ont un jumelage familial des comptes, les parents pourront "définir un temps d'écran quotidien maximal de leur adolescent" "en fonction des jours de la semaine", indique TikTok.

Les jeunes peuvent toujours, cependant, désactiver la fonction ou mentir sur leur âge, comme sur les autres sites internet. Cette nouvelle fonctionnalité, qui complète des avertissements déjà existants, vise à répondre à ceux qui critiquent l'explosion du temps passé sur l'appli par les 4-18 ans, happés par le défilement ininterrompu de vidéos proposées par des algorithmes qui analysent leurs goûts. Selon une récente étude mondiale de Qustodio, en 2022, les mineurs ont passé en moyenne 1h47 par jour sur TikTok.

La secrétaire d'Etat à l'Enfance Charlotte Caubel avait mis en cause TikTok dans un tweet le 25 février. "La Commission européenne demande à ses salariés de supprimer TikTok. Cela doit nous interroger aussi pour nos enfants. L'application est sujette à de nombreuses dérives : pincements au visage, désinformation... il ne faut pas sous-estimer son impact". "Cette proposition va dans le bon sens, mais ne répond pas à l’ensemble (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Casino visé par une plainte de deux actionnaires
Les supermarchés Atac, c'est définitivement fini
Pourquoi ces drôles de boules sur les lignes électriques ?
Leur avion fait demi-tour pour que les passagers puissent admirer les aurores boréales
Auchan : une année 2022 compliquée entre inflation, marges sous pression et guerre en Ukraine