La bourse est fermée
  • Dow Jones

    29 260,81
    -329,60 (-1,11 %)
     
  • Nasdaq

    10 802,92
    -65,00 (-0,60 %)
     
  • Nikkei 225

    26 431,55
    -722,28 (-2,66 %)
     
  • EUR/USD

    0,9613
    -0,0075 (-0,78 %)
     
  • HANG SENG

    17 855,14
    -78,13 (-0,44 %)
     
  • BTC-EUR

    19 907,02
    +141,80 (+0,72 %)
     
  • CMC Crypto 200

    438,96
    +5,86 (+1,35 %)
     
  • S&P 500

    3 655,04
    -38,19 (-1,03 %)
     

La “taxe étudiant” augmente et fait grincer des dents

Sean Anthony Eddy / Getty images

Si Emmanuel Macron et son gouvernement se flattent de ne pas déroger à leur politique de baisse d’impôts - ceux des entreprises (baisse des Impôts sur les sociétés, suppression imminente de la cotisation de la valeur ajoutée des entreprises) et des contribuables français (suppression de l’ISF, de la taxe d'habitation et de la redevance audiovisuelle) -, il y a parfois des trous dans la raquette.

Comme avec la Contribution de vie étudiante et de campus (CVEC), créée de toute pièce par la majorité macroniste en 2018. Le produit de cet impôt collecté par les Centres régionaux des œuvres universitaires et scolaires (Crous), dont le montant avait initialement été fixé à 90 euros par an, doit contribuer à rénover la politique de prévention et de soins étudiants, mais également favoriser l’accompagnement social, culturel, sportif et améliorer l’accueil des étudiants.

Problème, la CVEC pèse lourdement sur le budget des quelque 70% d’étudiants (les boursiers et quelques autres catégories d’étudiants ne sont pas concernés) qui s’en acquittent, en plus des droits d’inscription annuels (170 euros pour la licence, 240 en master). D’autant qu’en mai dernier, le gouvernement a décidé d’augmenter le montant - gelé pendant la pandémie - de la taxe étudiant de 92 à 95 euros par an en vue de la rentrée universitaire 2022-2023, pour suivre l’inflation. Dans le contexte actuel, l’annonce avait fait bondir les syndicats. La Fage, principale organisation universitaire, avait immédiatement réagi en fustigeant (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Immobilier : cette nouvelle arnaque à la location est ubuesque
Canicule : des copeaux de bois pour faire baisser la température des cours de récréation
Il risque soixante ans de prison pour avoir détourné des aides Covid-19
Gaz russe : une coupure totale pourrait amputer d'un point la croissance française, selon Bruno Le Maire
Decathlon ne fait pas cadeau de vélos endommagés, c'est une arnaque