La bourse est fermée

Télétravail : ce que votre employeur doit prendre en charge

Benoît LETY
1 / 1

Télétravail : ce que votre employeur doit prendre en charge

La lutte contre la propagation du coronavirus va fortement bousculer l’activité économique, en France, à partir de lundi 16 mars. Suite à la fermeture des crèches, écoles et collèges, de nombreux parents devront faire appel au télétravail.

1 – Coronavirus : quel dispositif exceptionnel sur le télétravail ?

Dès jeudi soir, le président de la République Emmanuel Macron a incité au recours au télétravail, afin de réduire les contacts pour limiter la diffusion du Covid-19. La ministre du Travail Muriel Pénicaud va plus loin, ce vendredi matin, sur Franceinfo : « Tout ce qui peut être fait en télétravail doit être fait en télétravail », a-t-elle insisté. « C’est à peu près un emploi sur trois qui peut être fait en télétravail », rejoignant ainsi la proportion livrée par une étude CSA-Malakoff Humanis publiée plus tôt cette semaine. Muriel Pénicaud reconnaît toutefois que « les entreprises ne sont pas toujours organisées » : « Je leur demande de s’organiser rapidement, car il faut parfois de l’équipement. »

Comme le rappelle le ministère du Travail, sur sa page dédiée à la crise du coronavirus, vous pouvez déjà « demander à [votre] employeur à bénéficier du télétravail de manière ponctuelle ou durable par tous moyens », dans le cadre de l’assouplissement du Code du travail sur ce point, suite à l’ordonnance de septembre 2017. « Si [votre] employeur [vous] donne son accord, cela peut se faire par tout moyen. Son refus doit être motivé. » Dans la situation actuelle, le ministère rappelle que votre employeur peut, « unilatéralement, si la situation le requiert, [vous] placer en télétravail », ou « modifier les dates de congés déjà posés ».

Lire la suite sur MoneyVox

Ce contenu peut également vous intéresser :

Voir également
- Electricité : est-ce rentable de produire et revendre son énergie solaire ?
- Le coronavirus cloue 8 millions de salariés chez eux
- Immobilier : le b.a.-ba pour investir avant sa retraite