La bourse ferme dans 22 min

Streaming : fraudes massives sur les plateformes d'écoutes

Unsplash

Un fléau. C'est la première étude au monde du genre pour le streaming musical et elle en dit long sur les fraudes massives sur les plateformes d'écoute. En "gonflant artificiellement le volume de consommation d'un ou plusieurs titres, on accroît la notoriété et la valeur économique d'un projet ou d'un artiste", dénonçait début décembre l'Union des producteurs phonographiques français indépendants. D'après les indications des plateformes (Deezer, Qobuz, Spotify) et de distributeurs (Universal, Sony, Warner, Believe et Wagram), le Centre national de la musique (CNM) établit dans cette étude qu'en France, en 2021, entre 1 et 3 milliards de streams, "au moins", étaient faux, soit entre 1% et 3% du total des écoutes. Il est "certain que la réalité des faux streams dépasse ce qui est détecté, sans qu'il soit pour autant possible de parvenir à un chiffrage précis, puisqu'ils n'entrent pas dans le champ de la détection", développe le président du CNM, Jean-Philippe Thiellay.

Les "chiffres qui circulent dans les médias, très supérieurs à 3%, ne reposent sur aucune donnée établie et démontrée, ce qui ne nous permet pas pour autant de les contredire", ajoute le responsable. Certains professionnels "ont indiqué être directement démarchés par des prestataires présentant leurs offres d'augmentation artificielle de streams et Deezer constate une hausse de la fraude détectée en 2022", expose-t-il encore. la radio France Inter s'est procuré un mail avec des tarifs d'une société qui promet ainsi (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Pénurie des médicaments : faut-il augmenter les prix pour garantir des stocks suffisants ?
Métavers et blockchain… pourquoi ils sont les grands vainqueurs du CES 2023
Deux-Sèvres : attention, de faux agents recenseurs dépouillent les personnes âgées
Air France : leur avion est annulé, les passagers refusent de quitter l'aéroport
Ouverture de Davos : l'ONG Oxfam veut "abolir" les milliardaires