Publicité
La bourse ferme dans 1 h 21 min
  • CAC 40

    7 810,55
    +15,33 (+0,20 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 773,46
    +13,18 (+0,28 %)
     
  • Dow Jones

    38 495,04
    -68,76 (-0,18 %)
     
  • EUR/USD

    1,0820
    +0,0008 (+0,08 %)
     
  • Gold future

    2 038,40
    -1,40 (-0,07 %)
     
  • Bitcoin EUR

    47 181,86
    -813,45 (-1,69 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    77,23
    +0,19 (+0,25 %)
     
  • DAX

    17 123,92
    +55,49 (+0,33 %)
     
  • FTSE 100

    7 663,97
    -55,24 (-0,72 %)
     
  • Nasdaq

    15 559,15
    -71,63 (-0,46 %)
     
  • S&P 500

    4 967,08
    -8,43 (-0,17 %)
     
  • Nikkei 225

    38 262,16
    -101,45 (-0,26 %)
     
  • HANG SENG

    16 503,10
    +255,59 (+1,57 %)
     
  • GBP/USD

    1,2624
    -0,0002 (-0,01 %)
     

Le Stade de France aux mains d'un investisseur étranger ? La ministre des Sports ne s'y oppose pas à priori

James Williamson - AMA

La ministre des Sports et des JO, Amélie Oudéa-Castéra, a affirmé mardi 14 mars au Sénat qu'il n'y avait "pas de raison d'écarter a priori" un investisseur étranger pour le Stade de France qui cherche soit un nouveau propriétaire ou un nouveau concessionnaire à compter de l'été 2025. L'État a en effet lancé la semaine dernière deux procédures en parallèle : soit une vente, soit une concession car l'actuelle concession se termine en juillet 2025. Le PSG, club détenu par des actionnaires qataris (QSI), a affirmé qu'il allait candidater au rachat.

Interrogé par le sénateur centriste Laurent Lafon sur le fait de savoir si l'État français, propriétaire du stade, pourrait vendre cet "emblème sportif" à "une structure appartenant à un État étranger", Amélie Oudéa-Castéra ne l'a pas exclu. S'il "devait y en avoir un qui réponde aux conditions protectrices, qui dans le cadre d'une cession seraient de toute façon fixées par la loi, ou si cet investisseur étranger devait participer à un groupement d'opérateurs, il n'y a pas de raison de l'écarter à priori et par principe", a-t-elle déclaré lors de la séance de questions au gouvernement au Sénat. Elle a redit que l'Etat cherchait "le meilleur projet de long terme" en gardant "la vocation sportive du stade" et en "préservant les intérêts économiques et financiers de l'Etat".

Interrogée aussi sur le rôle des Fédérations de football et de rugby, elle a répondu que celles-ci étaient "libres de candidater, libres de s'associer à un candidat, libres (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Quels sont les enjeux du vote sur la réforme des retraites aujourd'hui à l'Assemblée nationale ?
Crédit suisse… le dilemme de la BCE face à la déroute des banques et à l’inflation
Credit suisse emprunte 50 milliards de francs suisses après sa chute spectaculaire en Bourse
Ces produits alimentaires dont les prix flambent, les tarifs des loyers en Ile-de-France… Le flash éco du jour
Faites-vous partie des grands perdants de l’inflation ?