Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 534,52
    -52,03 (-0,69 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 827,24
    -42,88 (-0,88 %)
     
  • Dow Jones

    40 287,53
    -377,49 (-0,93 %)
     
  • EUR/USD

    1,0886
    -0,0014 (-0,13 %)
     
  • Gold future

    2 402,80
    -53,60 (-2,18 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 746,46
    +486,46 (+0,79 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 388,22
    +57,32 (+4,31 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,25
    -2,57 (-3,10 %)
     
  • DAX

    18 171,93
    -182,83 (-1,00 %)
     
  • FTSE 100

    8 155,72
    -49,17 (-0,60 %)
     
  • Nasdaq

    17 726,94
    -144,28 (-0,81 %)
     
  • S&P 500

    5 505,00
    -39,59 (-0,71 %)
     
  • Nikkei 225

    40 063,79
    -62,56 (-0,16 %)
     
  • HANG SENG

    17 417,68
    -360,73 (-2,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,2915
    -0,0032 (-0,25 %)
     

Soulagement pour la France après le maintient de sa note AA par Standard & Poor's

Florence Piot/Adobe Stock

La décision était redoutée. Mais finalement, la note ne baissera pas. L'agence de notation américaine Standard & Poor's a décidé vendredi 1er décembre au soir de maintenir la note de la dette française. L'influente a laissé inchangée sa note financière de la France, AA avec perspective négative dans un contexte de taux d'intérêt élevés, selon un communiqué publié.

L'agence de notation a indiqué laisser la note sous perspective négative en raison d'une «incertitude» quant aux «finances publiques de la France dans un contexte de déficit budgétaire élevé, quoiqu'en baisse lente, et d'une dette publique élevée».

S&P clôt les revues d'automne des grandes agences de notation pour la France. La note AA qu'elle lui donne actuellement est équivalente au Aa2 de Moody's. Fitch est un cran en dessous avec AA-, après avoir abaissé la note en avril.

Mais là où Moody's attribue une perspective «stable» à sa note, S&P a une perspective négative aux allures d'épée de Damoclès. Vendredi, cette épée ne s'est pas abattue sur les finances publiques françaises, malgré un contexte de taux d'intérêt élevés. S&P indique vendredi anticiper «une diminution de la dette publique en pourcentage du PIB à partir de 2025, quoique très progressivement», et estime que «la répercussion de la hausse des coûts d'emprunt due aux taux d'intérêt élevés sera progressive».

PUBLICITÉ

Les experts de l'agence estiment toutefois qu'il existe toujours «des risques importants qui pourraient, s'ils se réalisaient, réduire encore davantage (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Train de vie de l'Etat : nos politiques sont très loin d'être exemplaires
COP28 : Emmanuel Macron prévient Israël que «la destruction totale du Hamas» entraînerait «dix ans» de guerre
Gaspillage d'argent public : les dépenses délirantes de nos grands musées
Quels sont les pays qui vendent le plus d'armes à Israël ?
Pour éviter cette faille exploitée par les hackers, faites cette mise-à-jour