Publicité
La bourse ferme dans 1 h 6 min
  • CAC 40

    7 975,32
    +40,29 (+0,51 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 983,97
    +20,77 (+0,42 %)
     
  • Dow Jones

    38 068,02
    -373,52 (-0,97 %)
     
  • EUR/USD

    1,0839
    +0,0032 (+0,29 %)
     
  • Gold future

    2 370,60
    +6,50 (+0,27 %)
     
  • Bitcoin EUR

    63 406,15
    +783,64 (+1,25 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 470,96
    +15,10 (+1,04 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,95
    -0,28 (-0,35 %)
     
  • DAX

    18 521,85
    +48,56 (+0,26 %)
     
  • FTSE 100

    8 229,76
    +46,69 (+0,57 %)
     
  • Nasdaq

    16 851,84
    -68,74 (-0,41 %)
     
  • S&P 500

    5 249,48
    -17,47 (-0,33 %)
     
  • Nikkei 225

    38 054,13
    -502,74 (-1,30 %)
     
  • HANG SENG

    18 230,19
    -246,82 (-1,34 %)
     
  • GBP/USD

    1,2729
    +0,0026 (+0,20 %)
     

Société générale : amende pour «manquements très sérieux» dans la lutte contre le blanchiment

olrat/Adobe Stock

La commission des sanctions de l'ACPR, le gendarme des banques, a annoncé mardi infliger un blâme et une amende d'un million d'euros à Treezor, filiale de la Société Générale, pour des «manquements très sérieux» dans la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme. Acquise en 2019 par la Société Générale, Treezor a été l'une des premières en France à pratiquer le banking-as-a-service (BaaS), c'est à dire à proposer des services de paiement en marque blanche pour des clients, principalement des fintechs (start-up de la banque et de l'assurance).

Cette décision sanctionne «des manquements très sérieux» qui «affectaient gravement plusieurs éléments fondamentaux du dispositif de lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme (LCB-FT) de cet établissement», indique l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) dans un communiqué. La société Treezor n'avait pas déterminé, au moment du contrôle, un profil de risque de ses relations d'affaires lui permettant de «respecter son obligation de vigilance constante».

Son dispositif de surveillance des opérations était, «sur de nombreux points, insuffisant», selon la décision. La commission a cependant tenu compte dans sa décision des «efforts de mise à niveau accomplis par Treezor», qui permettent de dire «qu'elle est aujourd'hui une société très différente de ce qu'elle était lors de sa création ou en 2019, lors de son rachat par la Société Générale», selon le communiqué.

Treezor «prend (...)

PUBLICITÉ

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Etats-Unis : révélations explosives au Sénat sur la sécurité des avions Boeing
La BCE avertit que la route vers une inflation de 2% sera «cahoteuse»
Derichebourg : avertissement sur résultats, la cyberattaque de 2023 plombe les comptes
CAC 40 : la Bourse de Paris attentiste, la réponse d'Israël face à l'Iran scrutée
Bompard s'affirme dans le Made in France : Roanne, nouvelle capitale du cachemire