Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    39 806,77
    -196,82 (-0,49 %)
     
  • Nasdaq

    16 794,88
    +108,91 (+0,65 %)
     
  • Nikkei 225

    39 069,68
    +282,30 (+0,73 %)
     
  • EUR/USD

    1,0859
    -0,0013 (-0,12 %)
     
  • HANG SENG

    19 636,22
    +82,61 (+0,42 %)
     
  • Bitcoin EUR

    63 653,73
    +2 682,77 (+4,40 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 467,01
    +112,60 (+8,31 %)
     
  • S&P 500

    5 308,13
    +4,86 (+0,09 %)
     

Ce service qu'Ikea refuse malgré les obligations légales

Petr/Adobe Stock

C'est un des prérequis de la loi Agec, la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire : limiter les déchets, préserver les ressources naturelles, la biodiversité ou le climat, alors que plus de 53,6 millions de tonnes de déchets et équipements électroniques ont été générées dans le monde en 2019. Ces déchets ne peuvent plus être jetés et doivent faire l'objet d'une collecte sélective. D'un autre côté, les entreprises spécialisées ont l'obligation de proposer une solution de reprise gratuite "1 pour 1" lorsque vous achetez un appareil neuf. En somme : obligation de reprendre gratuitement l’ancien et de le faire recycler.

Cela tombe bien, comme l'explique 60 Millions de consommateurs, car sur son site, Ikea se fait un plaisir de dire qu'elle respecte la planète. Sur son site, il est inscrit : "Nous sommes convaincus que l’économie circulaire est une solution d’avenir pour un monde plus durable. Conformément à la loi Agec, 'anti-gaspillage pour une économie circulaire', […] Ikea reprend vos anciens meubles […]." Problème, selon de nombreux témoignages reçus par le magazine de consommation, c'est loin d'être le cas !

Une femme qui venait d'acheter un canapé révèle qu'elle a "bien été livrée d'un nouveau canapé", cependant, "le service d’enlèvement n’est pas passé". Idem pour une autre acheteuse qui explique avoir "passé des heures avec leur service client pour finalement comprendre qu’ils n’enlèveront jamais [son] canapé". Un autre client d'Ikea raconte de son côté que le transporteur (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite