Publicité

Sézane à l’assaut de l’Europe : comment Morgane Sézalory entend séduire les italiennes

Unsplash

Elle part à l’assaut de l’Italie. Comme le rapporte le site Fashion Network, la marque de prêt-à-porter parisienne Sézane a inaugurée, vendredi 12 avril, son tout premier pop-up store en terres transalpines. Elle a posé ses bagages à Milan, où l’espace restera ouvert jusqu’au 20 juillet. Le choix de l’Italie, et de Milan, ne doit rien au hasard : dans l’un des principaux marchés européens, la ville est également connue pour son appétence pour la mode, notamment via sa très courue Design Week.

Situé au 24 Via Santo Spirito, dans le prestigieux Quadrilatère du luxe milanais, le pop-up store expose sur 85 mètres carrés et trois vitrines la collection printemps-été 2024 de Sézane. «L’Italie est un marché important pour nous, ce pays est dans le top 5 de nos débouchés européens. Les clientes y ont enregistré une super croissance ces dernières années et cela faisait un moment que nous cherchions un emplacement», explique ainsi l’équipe de Sézane, qui cherchait «un emplacement et une boutique de caractère».

Y seront disponibles des modèles en édition limitée, le célèbre «bar à maille» de la marque, et d'autres choix de sacs, chaussures et bijoux. La marque, fondée par Morgane Sézalory, n’entend cependant pas, pour le moment, s’installer durablement à Milan. Ce «n’est pas à l’ordre du jour. L’objectif, c’est d’aller à la rencontre de nos clients. Cette adresse éphémère sur l’Italie est un moyen d’accéder à notre communauté locale», précise encore la marque, coutumière de ces installations (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

JO 2024 : bourses, formation professionnelle… comment l’Insep accompagne les athlètes
Total : des actionnaires veulent réduire les fonctions du PDG face au risque de «conflits d'intérêts»
Danone plombé par son départ de Russie mais début d’année «solide» en Europe
CAC 40 : la Bourse de Paris en hausse, le rapport de la Fed dans toutes les têtes
Biogaran bientôt sous pavillon indien : coup de massue en vue sur l'emploi ?