La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 097,21
    +1,22 (+0,02 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 178,01
    +4,03 (+0,10 %)
     
  • Dow Jones

    33 978,08
    +28,67 (+0,08 %)
     
  • EUR/USD

    1,0874
    -0,0018 (-0,1631 %)
     
  • Gold future

    1 943,90
    -2,80 (-0,14 %)
     
  • BTC-EUR

    21 553,89
    +243,21 (+1,14 %)
     
  • CMC Crypto 200

    526,66
    +9,65 (+1,87 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,38
    -1,63 (-2,01 %)
     
  • DAX

    15 150,03
    +17,18 (+0,11 %)
     
  • FTSE 100

    7 765,15
    +4,04 (+0,05 %)
     
  • Nasdaq

    11 621,71
    +109,30 (+0,95 %)
     
  • S&P 500

    4 070,56
    +10,13 (+0,25 %)
     
  • Nikkei 225

    27 382,56
    +19,81 (+0,07 %)
     
  • HANG SENG

    22 688,90
    +122,12 (+0,54 %)
     
  • GBP/USD

    1,2395
    -0,0012 (-0,0967 %)
     

Le Royaume-Uni fonce-t-il vers la récession ? Le conseil Bourse

Pixabay

Alors que les scénarios les plus noirs circulaient en 2022 pour les économies européenne et américaine (notamment pour celles du Vieux Continent), les dernières statistiques publiées sont - sans être particulièrement engageantes - plutôt rassurantes pour la conjoncture de la zone euro (UEM), du Japon et de l’Australie. En effet, les indices prospectifs des directeurs d'achat de janvier pour l’UEM et ces deux grands pays suggèrent une certaine stabilisation de la croissance économique, sur fond de moindres tensions sur l’énergie et de réouverture de l’économie chinoise (Pékin ayant mis fin à sa stratégie zéro-Covid).

Attention, toutefois. Tous les pays européens ne sont pas logés à la même enseigne. Outre-Manche, le Royaume-Uni fait cavalier seul, “les craintes de récession s'intensifiant” pour la troisième économie européenne, qui a fait moins bien que prévu, relève Ben Laidler, stratégiste de marchés pour eToro. Les indices des directeurs d’achats du Royaume-Uni mesurant à la fois l’activité dans les services et l’industrie sont tombés à un plus bas de deux ans. S&P dénonce ainsi “un début d’année décevant”, alors que la cherté de l'énergie et l’impact des grèves se conjuguent avec les effets de la rareté de la main d'œuvre et les problèmes commerciaux liés au Brexit.

La sombre trajectoire de l’économie britannique (qui va toutefois de pair avec une diminution - relative - des tensions sur l’inflation, seul élément positif de la publication récente) contraste avec la santé éclatante (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

L’or va damer le pion au bitcoin (BTC), selon le prix Nobel d’économie Paul Krugman
Twitter poursuivi en justice par la monarchie britannique pour loyers impayés
SCNF : la marque Thalys va disparaître
Boulangers, TPE, PME : remplissez vite le formulaire pour réduire votre facture d’électricité
La SNCF concurrencée dès 2025 dans le Sud-Ouest