La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 598,18
    +31,39 (+0,56 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 527,79
    +15,89 (+0,45 %)
     
  • Dow Jones

    29 910,37
    +37,87 (+0,13 %)
     
  • EUR/USD

    1,1960
    +0,0047 (+0,39 %)
     
  • Gold future

    1 783,10
    -22,40 (-1,24 %)
     
  • BTC-EUR

    15 148,47
    +296,90 (+2,00 %)
     
  • CMC Crypto 200

    333,27
    -37,24 (-10,05 %)
     
  • Pétrole WTI

    45,52
    -0,19 (-0,42 %)
     
  • DAX

    13 335,68
    +208,68 (+1,59 %)
     
  • FTSE 100

    6 367,58
    +4,65 (+0,07 %)
     
  • Nasdaq

    12 205,85
    +350,85 (+2,96 %)
     
  • S&P 500

    3 638,35
    +8,70 (+0,24 %)
     
  • Nikkei 225

    26 644,71
    +107,41 (+0,40 %)
     
  • HANG SENG

    26 894,68
    +75,28 (+0,28 %)
     
  • GBP/USD

    1,3333
    -0,0024 (-0,18 %)
     

Rocket Lab est sur le point de concurrencer Space X avec ses propres lanceurs réutilisables

·2 min de lecture

Rocket Lab est sur le point d'imiter Space X en tentant de récupérer pour la première fois un de ses lanceurs de fusée. La mission, baptisée "Return to Sender" ("Retour à l'envoyeur") et prévue pour le 15 novembre, et marque le seizième vol de la fusée Electron à six étages de la startup néo-zélandaise. Après avoir décollé et aidé à mettre trente petits satellites en orbite — Rocket Lab lance des satellites pour environ 10 millions de dollars (8,4 millions d'euros) par vol —, l'énorme lanceur de la fusée devrait déployer un parachute et descendre lentement dans l'océan Pacifique, où il sera récupéré.

Si le propulseur ne revient pas sous la forme d'une "souche fumante", explique le PDG Peter Beck, qui a fondé Rocket Lab en 2006, la société pourrait bientôt commencer à récupérer et à réutiliser du matériel de vol qui vaut des millions de dollars. Un matériel qui se retrouve perdu en mer la plupart du temps. Les lanceurs propulsent une petite fusée et un chargement à des milliers de kilomètres à l'heure avant de se détacher et de retomber au sol ou dans l'océan. Ils constituent la partie la plus importante et la plus acoûteuse d'un système de lancement, avec environ 80% du coût total. SpaceX, fondé par le magnat de la technologie Elon Musk en 2002, a fait décoller son premier propulseur Falcon 9 avant de le faire atterrir en toute sécurité fin 2015. La firme a depuis récupéré et réutilisé des lanceurs plusieurs dizaines de fois.

À lire aussi — Starlink, le service d'accès à internet de SpaceX, devrait être lancé en Europe début 2021

Pendant des années, Peter Beck n'envisageait pourtant pas de recourir à ce système, en raison de la taille relativement réduite de l'Electron. L'ajout d'un système de récupération ajouterait trop de poids et engloutirait trop de capacité de charge utile, pensait-il, au point que les clients potentiel pourraient partir chez la concurrence — alors que les calculs avaient fonctionné pour la fusée Falcon 9 de SpaceX, haute de 23 étages.

"Les petites (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Pfizer, AstraZeneca, Sanofi... Le point sur les 10 vaccins contre le Covid-19 en phase 3 des essais cliniques
Un vaccin 'efficace à 90%' contre le Covid-19 doit faire l'objet d'une demande d'homologation d'ici fin novembre
Virgin Hyperloop a testé son train supersonique avec des passagers pour la première fois
Norvège, États-Unis, France... Voici le poids des déchets électroniques par pays
27 photos à couper le souffle prises depuis la Station spatiale internationale