La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 742,25
    -11,72 (-0,17 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 977,90
    -6,60 (-0,17 %)
     
  • Dow Jones

    34 429,88
    +34,87 (+0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,0531
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • Gold future

    1 797,30
    -3,80 (-0,21 %)
     
  • BTC-EUR

    16 128,84
    -73,84 (-0,46 %)
     
  • CMC Crypto 200

    404,33
    +2,91 (+0,72 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,34
    -0,88 (-1,08 %)
     
  • DAX

    14 529,39
    +39,09 (+0,27 %)
     
  • FTSE 100

    7 556,23
    -2,26 (-0,03 %)
     
  • Nasdaq

    11 461,50
    -20,95 (-0,18 %)
     
  • S&P 500

    4 071,70
    -4,87 (-0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    27 777,90
    -448,18 (-1,59 %)
     
  • HANG SENG

    18 675,35
    -61,09 (-0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,2296
    +0,0040 (+0,33 %)
     

Le risque crédit du Brésil dégradé, Lula contraint, le conseil Bourse

Pixabay

La Bourse du Brésil a des perspectives incertaines, actuellement. L’indice actions Bovespa a certes tiré son épingle du jeu cette année, avec un gain de 4% depuis début janvier (le pays, riche en matières premières, a profité des tensions sur les cours suscitées par la guerre en Ukraine, entre autres), mais l’analyse technique de l’évolution des cours traduit une certaine lourdeur. En effet, si le Bovespa se maintient pour l’heure au-dessus de sa moyenne mobile à 100 jours (moyenne, actualisée chaque jour, des 100 derniers cours de clôture - courbe faisant office de support haussier dynamique), le mouvement haussier des derniers mois a du plomb dans l’aile, à l’image des divergences baissières apparues sur indicateurs mathématiques et de la formation récente d’une configuration classique de retournement à la baisse. Et le Bovespa reste inscrit dans un canal baissier de moyen terme (voir graphique ci-après). Sur plus longue période, la dynamique de fond reste néanmoins toujours porteuse à ce stade, le Bovespa restant inscrit au sein d’un long canal haussier (en échelle logarithmique, pas arithmétique).

Au-delà de la volatilité des cours des matières premières (l’essentiel des exportations du Brésil), la situation du pays n’est pas des plus enviables. Le retour au pouvoir de Lula “s'effectue dans un contexte économique et social tendu, avec une croissance qui marque le pas et une inflation en forte progression (+12% en 2022)”, relève Cartan Trade, qui souligne que “le recul de l'activité (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Michel-Edouard Leclerc soutient le Nutri-Score et montre du doigt les mauvais élèves
Retards sur le réseau RATP : la vétusté des rames mise en cause
Bourse, taux… “la détente des marchés met-elle la Fed et la BCE mal à l’aise ?”
Football : le PSG va-t-il être vendu prochainement ?
La hausse des taux va se poursuivre en 2023, estime le chef économiste de la BCE