Publicité
Marchés français ouverture 7 h 9 min
  • Dow Jones

    38 239,98
    +253,58 (+0,67 %)
     
  • Nasdaq

    15 451,31
    +169,30 (+1,11 %)
     
  • Nikkei 225

    37 438,61
    +370,26 (+1,00 %)
     
  • EUR/USD

    1,0659
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • HANG SENG

    16 511,69
    +287,55 (+1,77 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 803,49
    +1 793,98 (+2,94 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 409,52
    +3,53 (+0,25 %)
     
  • S&P 500

    5 010,60
    +43,37 (+0,87 %)
     

Rentrée scolaire : pourquoi Emmanuel Macron défend-il l’expérimentation de l’uniforme à l’école ?

Emmanuel Macron lors d’une interview sur le thème de la jeunesse, à l’occasion de la rentrée scolaire ce lundi 4 septembre.
Emmanuel Macron lors d’une interview sur le thème de la jeunesse, à l’occasion de la rentrée scolaire ce lundi 4 septembre.

EDUCATION - Bientôt l’arrivée de l’uniforme dans les écoles françaises ? Emmanuel Macron est « favorable à l’approche expérimentation, évaluation » de l’uniforme dans les écoles, ce lundi 4 septembre, jour de la rentrée scolaire.

Lors d’une interview par le journaliste HugoDécrypte, diffusée sur Youtube et TikTok, le président de la République a été questionné sur plusieurs sujets rapportés à la jeunesse, parmi lesquels l’école et le port de l’uniforme.

Emmanuel Macron a d’abord rappelé qu’à l’origine il était « plutôt pour que chaque établissement gère la chose », mais selon lui, la question prend désormais des « proportions folles » dans le débat public. « La question de la tenue unique est à mon avis plus acceptable, peut paraître un peu moins stricte d’un point de vue disciplinaire », a-t-il ensuite fait valoir avant de préciser que « sans avoir un uniforme, on peut dire “vous vous mettez en jeans, tee-shirt et veste” ».

PUBLICITÉ

Aux yeux du chef de l’État, la tenue unique « règle beaucoup de sujets (...) 1/ la laïcité et 2/un peu l’idée qu’on se fait de la décence, c’est-à-dire on ne veut pas des tenues trop excentriques ». Une position similaire à celle du ministre de l’Éducation Gabriel Attal, qui annonçait ce matin sur RTL la possibilité d’une expérimentation de l’uniforme dans plusieurs établissements volontaires, dont les modalités seront détaillées à l’automne.

« Aucun parallèle » entre l’abaya et le terrorisme

Cette question fait suite à plusieurs jours de vifs débats alors que le gouvernement a décidé d’interdire l’abaya à l’école. Lors de son interview face à Hugo Décrypte, Emmanuel Macron a évoqué l’assassinat de Samuel Paty pour appuyer cette décision. « Nous vivons aussi dans notre société avec une minorité, des gens qui, détournant une religion, viennent défier la République et la laïcité » a-t-il déclaré, avant d’ajouter « ça a parfois donné le pire. On ne peut pas faire comme s’il n’y avait pas eu d’attentat terroriste et Samuel Paty ».

L’enseignant de Conflans-Sainte-Honorine avait été assassiné le 16 octobre 2020, quelques jours après avoir montré à ses élèves des caricatures de Mahomet dans le cadre d’un cours sur la liberté d’expression.

« Je dis juste : ce système est là », a poursuivi Emmanuel Macron. « Ça s’est fait parce qu’un enseignant apprenait la laïcité dans son cours et qu’ensuite il y a eu cet emballement avec les réseaux sociaux et des gens qui ont ensuite commis le pire ». Relancé par le journaliste, Emmanuel Macron a déclaré : « Je ne fais aucun parallèle » entre les actes de terrorisme et la tenue portée par des jeunes filles musulmanes. « Je vous dis juste que la question de la laïcité dans notre école est une question profonde ».

Le Conseil d’Etat examinera ce mardi la requête contre cette interdiction de l’abaya à l’école, déposée en urgence par une association, qui a également saisi la Défenseure des Droits. Pour les plaignants, cette interdiction « porte atteinte aux droits de l’enfant, car elle vient viser principalement les enfants présumés musulmans, créant ainsi un risque de profilage ethnique à l’école ». Les requérants s’inquiètent aussi d’une « immixtion injustifiée dans l’exercice du culte musulman », y voyant « une atteinte grave et manifestement illégale à la liberté de culte ».

À voir également sur Le HuffPost :

Pour la rentrée, Emmanuel Macron maintient sa cote de popularité, Élisabeth Borne proche - EXCLUSIF

L’interdiction de l’abaya à l’école contestée dans un premier recours au Conseil d’État