Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    39 830,47
    +23,70 (+0,06 %)
     
  • Nasdaq

    16 806,38
    +11,50 (+0,07 %)
     
  • Nikkei 225

    38 946,93
    -122,75 (-0,31 %)
     
  • EUR/USD

    1,0858
    -0,0004 (-0,03 %)
     
  • HANG SENG

    19 220,62
    -415,60 (-2,12 %)
     
  • Bitcoin EUR

    64 633,24
    +2 424,92 (+3,90 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 519,19
    +30,65 (+2,06 %)
     
  • S&P 500

    5 311,69
    +3,56 (+0,07 %)
     

Rentrée du Medef : Elisabeth Borne assure qu'"il n'y aura pas de hausses d'impôts"

Christian Liewig - Corbis / gettyimages

"Nous allons continuer" : Emmanuel Macron et Elisabeth Borne ont promis ce lundi 28 août à la rentrée du Medef, dont Capital est partenaire cette année, de poursuivre la politique favorable aux entreprises initiée depuis 2017. La Première ministre a assuré qu'"il n'y aura pas de hausse d'impôts", notamment pour les entreprises. "Certains craignent que les entreprises soient davantage taxées" mais "il n'en est pas question", a précisé la cheffe du gouvernement après un discours du président du Medef Patrick Martin, qui a dénoncé le projet gouvernemental de reporter la suppression d'un impôt de production.

Elisabeth Borne a voulu rassurer les patrons en défendant la politique de l'offre, qui s'est traduite par les baisses d'impôts et de charges pour les entreprises. Cette politique "marche, ce n’est pas maintenant que nous allons changer de cap, il n’y aura pas de hausses d’impôts", a martelé la Première ministre. "L'instabilité ne fait pas bon ménage avec l’activité d’une entreprise, vous avez besoin de visibilité", a-t-elle reconnu.

Le président du Medef Patrick Martin a affirmé quelques minutes plus tôt que les entreprises, "particulièrement industrielles, ont un impérieux besoin" d'une "suppression immédiate" de la CVAE (Cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises) que le gouvernement veut étaler jusqu'en 2027. "Cette suppression annoncée pour 2024 a été intégrée dans nos business-plans, en terme de décisions d'investissements et d'embauches", a-t-il expliqué.

"On a aujourd'hui (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite