Marchés français ouverture 58 min
  • Dow Jones

    34 483,72
    -652,22 (-1,86 %)
     
  • Nasdaq

    15 537,69
    -245,14 (-1,55 %)
     
  • Nikkei 225

    27 935,62
    +113,86 (+0,41 %)
     
  • EUR/USD

    1,1339
    0,0000 (-0,00 %)
     
  • HANG SENG

    23 752,08
    +276,82 (+1,18 %)
     
  • BTC-EUR

    50 269,09
    -6,40 (-0,01 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 469,31
    +26,53 (+1,84 %)
     
  • S&P 500

    4 567,00
    -88,27 (-1,90 %)
     

Ce que révèlent nos groupes sanguins

·2 min de lecture

Que se cache-t-il derrière ces trois lettres, A, B et O, les groupes sanguins les plus connus ? Pourquoi sont-ils si inégalement répartis dans le monde ? Mieux les étudier permet de sécuriser les transfusions et d’améliorer le traitement des maladies du sang.

Cet article est issu du magazine Sciences et Avenir - La Recherche n°896 daté octobre 2021.

"Les groupes sanguins O et rhésus - pourraient être associés à un risque d'infection légèrement inférieur par le Sras-Cov-2 et à des symptômes moins graves de Covid-19." Cette conclusion d'une publication de médecins américains, parue au printemps dans la revue Annals of Internal Medicine, a remis sur le devant de la scène une caractéristique propre à chacun, invisible et finalement insignifiante tant que l'on n'est pas confronté à la nécessité d'une transfusion : le groupe sanguin.

Pour la plupart d'entre nous, celui-ci se résume à trois lettres, A, B ou O. De quoi s'agit-il ? Elles font référence à des molécules qui recouvrent nos globules rouges. Mais pas seulement : on les retrouve aussi sur les cellules de multiples organes comme celles du cœur ou des intestins. Telles des pelotes d'épingles, elles sont hérissées de sucres et de protéines que l'on appelle des antigènes. Mais il y a bien plus de trois "groupes sanguins" : si le système ABO est le premier à avoir été décrit en 1901 par le biologiste et médecin autrichien Karl Landsteiner, on en compte aujourd'hui en réalité 43 ! Et les scientifiques ne cessent d'en découvrir de nouveaux. Le dernier en date, décrit en 2020 par une équipe française codirigée par le Dr Thierry Peyrard, chef de service au Centre national de référence pour les groupes sanguins (CNRGS), s'appelle le système ABCC1.

Mais revenons au plus connu : le système de groupes sanguins érythrocytaires (c'est-à-dire qui concernent les globules rouges) ABO. Il existe quatre variantes majeures à ce système : un individu peut posséder le sucre A, le B, les deux c'est le groupe AB ou aucun le groupe O. Les personnes qui connaissent leur groupe A, B ou O citent généralement le signe "+" ou "-" qui l'accompagne : c'est le système Rh, anciennement rhésus. Le système Rh compte 55 antigènes, dont l'antigène D, présent chez 85 % de la population : ceux qui possèdent [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles