La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 876,79
    +99,03 (+0,28 %)
     
  • Nasdaq

    13 441,53
    -310,71 (-2,26 %)
     
  • Nikkei 225

    29 518,34
    +160,52 (+0,55 %)
     
  • EUR/USD

    1,2151
    -0,0018 (-0,15 %)
     
  • HANG SENG

    28 595,66
    -14,99 (-0,05 %)
     
  • BTC-EUR

    46 594,46
    -841,25 (-1,77 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 511,46
    -49,83 (-3,19 %)
     
  • S&P 500

    4 203,20
    -29,40 (-0,69 %)
     

Réouverture des commerces et des restaurants : un suspense qui inquiète les secteurs

Source AFP
·1 min de lecture
Les annonces du Premier ministre Jean Castex, qui a évoqué des réouvertures des restaurants et commerces sous conditions,  ont été froidement accueillies par les professionels du secteur.
Les annonces du Premier ministre Jean Castex, qui a évoqué des réouvertures des restaurants et commerces sous conditions, ont été froidement accueillies par les professionels du secteur.

Commerçants et restaurateurs ne sont pas rassurés par la promesse d'une réouverture à la mi-mai faite par le Premier ministre Jean Castex lors de sa prise de parole ce jeudi 22 avril. Graduelle, sous conditions et territorialisée, celle-ci pourrait encore compromettre la situation financière d'entreprises déjà durement éprouvées par des mois de fermeture.

« Nous sommes inquiets parce que nous sommes passés de l'affirmatif du président de la République au conditionnel du Premier ministre », a réagi Didier Chenet, président du syndicat patronal des indépendants de l'hôtellerie-restauration, auprès de l'Agence France Presse. « Cela laisse entendre qu'on n'est pas sûrs d'ouvrir et que l'ouverture pourrait être reculée dans un certain nombre de zones : pour nous, c'est inacceptable », a-t-il jugé. Selon lui, les terrasses doivent rouvrir partout en appliquant les protocoles sanitaires mis au point avec les professionnels.

À LIRE AUSSIRestauration : la crainte de l'absence des salariés à la réouverture

Les restaurateurs attendent avec anxiété la réouverture des terrasses de leurs établissements, qui génèrent en moyenne 30 % du chiffre d'affaires pour ceux qui en possèdent, et craignent que celle-ci ne s'accompagne de jauges de 50 %, voire 35 %, qui réduiraient fortement leur rentabilité. « Nous ne pourrions pas supporter de telles contraintes », déclare Roland Héguy, président de l'Umih, principal syndicat de l'hôtellerie-restauration. À la réouverture, « il faudra [...] Lire la suite