Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    8 022,41
    -0,85 (-0,01 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 918,09
    -18,48 (-0,37 %)
     
  • Dow Jones

    37 986,40
    +211,02 (+0,56 %)
     
  • EUR/USD

    1,0661
    +0,0015 (+0,14 %)
     
  • Gold future

    2 406,70
    +8,70 (+0,36 %)
     
  • Bitcoin EUR

    59 692,74
    -1 048,54 (-1,73 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 371,97
    +59,34 (+4,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    83,24
    +0,51 (+0,62 %)
     
  • DAX

    17 737,36
    -100,04 (-0,56 %)
     
  • FTSE 100

    7 895,85
    +18,80 (+0,24 %)
     
  • Nasdaq

    15 282,01
    -319,49 (-2,05 %)
     
  • S&P 500

    4 967,23
    -43,89 (-0,88 %)
     
  • Nikkei 225

    37 068,35
    -1 011,35 (-2,66 %)
     
  • HANG SENG

    16 224,14
    -161,73 (-0,99 %)
     
  • GBP/USD

    1,2370
    -0,0068 (-0,55 %)
     

Réforme des retraites : pas de tabou à "soutenir la natalité" pour équilibrer le système, estime Gabriel Attal

Laurent Coust/SOPA Images/LightRocket/Getty Images

Faut-il une politique de soutien à la natalité ? Dans le cadre de la réforme des retraites, présentée par le gouvernement comme indispensable pour préserver la solidarité entre générations, le ministre des Comptes publics Gabriel Attal a assuré dimanche que "soutenir la natalité" n'était "pas du tout" tabou pour l'exécutif. Invité du Grand Rendez-vous Europe 1/CNews/Les Echos, le ministre des Comptes publics a souligné que la démographie était "un des éléments essentiels", qui "implique qu’on agisse". "Il faut garantir, pour des couples qui ont un projet familial, qu’ils pourront avoir un enfant et que la société leur apportera les conditions nécessaires et suffisantes pour pouvoir élever leurs enfants", a insisté Gabriel Attal.

Depuis plusieurs jours, le gouvernement alerte sur le rapport toujours plus défavorable entre le nombre d'actifs (et donc de cotisants au régime de retraite) et celui des retraités. Interrogé sur l'éventualité d'une telle politique, le ministre a assuré qu'il ne s'agit "pas du tout" d'un tabou et a mis en avant "le service public de la petite enfance", qui représente un "chantier majeur". "Aujourd'hui vous avez beaucoup de couples, notamment dans des territoires urbains, des métropoles, qui ne se projettent pas spécialement dans le fait d’avoir un enfant, notamment parce que c’est le parcours du combattant pour trouver une place en crèche ou pour faire garder son enfant", a-t-il souligné.

Avec la réforme qu’il prépare, l'exécutif entend "donner aux familles (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Réforme des retraites : les "personnes modestes" seront "les moins concernées", assure Borne
Décote sur la retraite : qu'est-ce que c'est et comment la calculer ?
Comment plus d’un million de futurs retraités auront de nouveaux droits grâce à la réforme
La suppression des régimes spéciaux effective le 1er septembre 2023
Retraite complémentaire : le transfert polémique des cotisations Agirc-Arrco aux Urssaf abandonné